RDC: après Augustin Matata Ponyo, quelles autres candidatures à la présidentielle de 2023?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Alors que l’Assemblée nationale continue ses débats sur les réformes électorales, les politiques se mobilisent pour la présidentielle en République démocratique du Congo fin 2023. Si l’ex-Premier ministre Augustin Matata Ponyo est devenu le premier candidat déclaré lundi 2 mai, cela devrait contraindre d’autres à se lancer : le président Félix Tshisekedi et l'opposant Martin Fayulu seront dans la course, tandis que Moïse Katumbi peut y figurer également.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

Côté parti au pouvoir, pas de suspens. Félix Tshisekedi briguera un nouveau mandat : il l’a dit plusieurs fois pendant des meetings, mais aussi dans les médias au pays ou à l’étranger.

Il estime qu’il a été handicapé par son alliance avec son prédécesseur Joseph Kabila, et qu’il a besoin de temps pour réaliser ses promesses.

L’autre candidature qui ne fait l’ombre d’aucun doute est celle de Martin Fayulu. Le leader de l’ECIDE, qui revendique toujours la victoire à la précédente présidentielle de 2018, ne décolère pas et espère, disent ses proches, « qu’il ne se fera plus voler l’élection ».

Du côté des candidats possibles, difficile de se prononcer sur ce que fera Vital Kamerhe, dont les ennuis avec la justice continuent.

Les desseins de Jean-Pierre Bemba ne sont pas non plus clairs à ce stade. Sa candidature avait été écartée par la Cour constitutionnelle en 2018 en raison de sa condamnation pour subornation de témoins prononcée par la Cour pénale internationale. Jusque-là, le leader du MLC s’est fait discret sur la question.

Moïse Katumbi, lui, demeure allié de Félix Tshisekedi, mais ses proches annoncent sa candidature. Son parti a été officiellement formé et en est à la phase d’implantation dans le pays.

La candidature d'Augustin Matata Ponyo, l'ex-Premier ministre de la RDC, devrait « contraindre les autres à clarifier leur position », estime Trésor Kibangula, analyste à Ebuteli, l'Institut congolais de recherche sur la politique, la gouvernance et la violence, et partenaire de recherche du GEC en RDC.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles