RDC: un accord de cessez-le-feu conclu au mini-sommet de Luanda

© REUTERS - James Akena

À l'issue d'un mini-sommet à Luanda sur la situation sécuritaire à l'est de la République démocratique du Congo, les participants ont proposé mercredi 23 novembre une feuille de route, à commencer par la cessation des hostilités sous 48 heures. Le groupe appelle à la fin de tout soutien aux rebelles du M23.

Selon le communiqué final, les participants au mini-sommet de Luanda ont exprimé leur préoccupation concernant « l'aggravation de l'insécurité et les actions militaires persistantes du M23 », « l'acquisition par le M23 d'armes et d'autres moyens de plus en plus sophistiqués pour mener des attaques », et la persistance des forces qualifiées de « négatives et terroristes » dans l'est de la RDC.

Pour parvenir à la « désescalade » recherchée par la médiation, plusieurs décisions ont été prises. La première est la cessation des hostilités, et en particulier des attaques du M23 contre les forces armées de RDC (FARDC) et la Monusco à partir de vendredi, 18h. Deux jours plus tard, le groupe rebelle devra se retirer des zones conquises pour regagner ses positions initiales, tandis que la force régionale de la Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC) poursuivra son déploiement.

Selon le programme convenu, les contingents kényans de la force régionale se déploieront à Goma d’abord, ensuite à Bunagana, Rutshuru et Kiwanja, actuellement occupés par le M23.

Reprise du dialogue entre Kinshasa et Kigali


Lire la suite sur RFI