RD Congo : ce changement qui prend son temps

Par Junior Malula, à Kinshasa
·1 min de lecture
Les Congolais attendent beaucoup du président Félix Tshisekedi et de la séquence qu'il a ouverte en remettant en question la coalition qu'il avait formée avec Joseph Kabila depuis janvier 2019. 
Les Congolais attendent beaucoup du président Félix Tshisekedi et de la séquence qu'il a ouverte en remettant en question la coalition qu'il avait formée avec Joseph Kabila depuis janvier 2019.

Élu dans des circonstances compliquées, longtemps considéré comme un héritier en politique, Félix Tshisekedi n'a cessé de chercher les voies et moyens d'affirmer son pouvoir, de s'émanciper et de se faire un prénom. Il y a à peine deux ans, l'ex-opposant s'évanouissait un court instant lors de son discours d'investiture le 24 janvier 2019, sous l'effet de l'émotion, d'une chaleur intense et d'un lourd gilet pare-balles qu'il n'avait pas l'habitude de porter. « Je m'en excuse auprès du président de la République », lançait-il après avoir repris ses esprits sous le regard impassible de son prédécesseur, Joseph Kabila, qui lui remettait ce jour-là dans une accolade les symboles du pouvoir, première transition sans effusion de sang au Congo. À peine deux ans plus tard, alors que Félix Tshisekedi est en train de renverser les fondations de cette alliance inédite ? dont l'un des derniers épisodes, soit la mise à l'écart du président de l'Assemblée nationale, se joue dans les prochains jours ?, l'heure est au bilan. Et, du côté des Congolais, il est plutôt sévère.

La lassitude exprimée des Congolais

« Nous sommes plus que déçus. Nous ne savons plus à quel saint nous vouer avec ce pouvoir qui déclarait travailler pour sortir le peuple de la misère mais qui est, au contraire, à la solde de quelques individus qui s'enrichissent nuit et jour », s'agace Thierry Mbumba, chauffeur de taxi-bus de 41 ans, rencontré à Kinshasa. Et Omer Kitebe, 32 ans, enseignant, d'asséner [...] Lire la suite