RD Congo : qui se cache derrière ces très populaires pages de fausses citations autour du Covid-19 ?


Depuis le début de la pandémie de coronavirus Covid-19, une trentaine de citations publiées sur des pages Facebook congolaises attribuées à des personnalités publiques comme l’infectiologue français Didier Raoult, le président français Emmanuel Macron ou le président malgache Andry Rajoelina recueillent un franc succès sur Facebook, mais s’avèrent toutes inventées. La rédaction des Observateurs de France 24 a mené l’enquête et retrouvé les administrateurs de ces pages : des Congolais d’une vingtaine d’années qui disent créer ces publications "pour le buzz".

Depuis le mois de mars, des publications partagées des milliers de fois essaiment sur les fils Facebook de nombreux internautes, principalement africains ou de la diaspora africaine, et sont régulièrement signalés par des utilisateurs des réseaux sociaux à la rédaction des Observateurs de France 24.

Ces publications ont toujours le même format : une ou deux photos de la personne et du sujet en question, avec une citation souvent choc en lien avec la pandémie de Covid-19 : l’une des premières repérées par notre rédaction avait été attribuée en mars dernier à l’épidémiologiste français Didier Raoult, qui aurait prétendument appelé "les Africains à ne pas prendre le vaccin de Bill Gates contre le coronavirus". Cette citation s’était avérée totalement inventée.

La page "B R O W N S" depuis supprimée avait partagé cette fausse citation attribuée à Didier Raoult. La rédaction des Observateurs de France 24 avait identifié que celle-ci n'avait jamais été prononcée par l'épidémiologiste marseillais.

>> A lire sur les Observateurs : Pourquoi cette citation attribuée à Didier Raoult est fausse

Depuis, de très nombreuses ont suivi : l’ouverture d’une enquête de Donald Trump sur Bill Gates  concernant un vaccin que le milliardaire prétendait élaborer ; une rencontre entre Emmanuel Macron et le président malgache Andry Rajoelina pour discuter du breuvage Covid-Organics élaboré à partir de la plante Artemisia annua et promu par Madagascar comme solution contre le Covid-19 ; ou encore une prétendue déclaration du directeur de l’OMS attestant de l’efficacité de ce même médicament malgache. Aucune de ces affirmations n’est vraie.

Trois exemples de fausses publications virales publiées sur le page " V É R I T É ".

 

Au moins cinq pages gérées par des internautes en République démocratique du Congo


Les publications que nous avons identifié sont initialement apparues sur au moins cinq pages Facebook, toutes calquées sur le même format : "V É R I T É",  "Grass’d-Vérité. ", "Grass’d-Vérité 2.", "Browns-Liberté.", et "B R O W N S". Cette dernière page a été supprimée de Facebook, mais les quatre autres sont toujours actives et comptent entre 36 000 et 150 000 abonnés chacune. Elles sont chacune administrées par les trois mêmes personnes basées en République démocratique du Congo et ont été créées entre juillet 2019 et janvier 2020.

Leurs publications ont été à plusieurs reprises épinglées par des médias de vérification : ainsi une citation attribuée au médecin congolais Jean-Jacques Muyembe qui aurait remis en question l’efficacité du Covid-Organics a été identifiée comme fausse par nos confrères de CongoCheck. Tout comme cette citation attribuée au directeur de l’OMS  Tedros Adhanom Ghebreyesus validant l’utilisation du médicament malgache Covid-Organics  également fausse et vérifiée par l’AFP Factuel.

Les photos illustrant les propos de cette page sont par ailleurs toujours hors contexte : la prétendue rencontre d’Emmanuel Macron avec le président malgache Andry Rajoelinia est illustrée par une photo datant de mars 2019 et prise lors du One Planet Summit au Kenya, plus d’un an avant le début de l’épidémie de Covid-19. 

Faire défiler les images pour voir la publication intiiale et l'origine de la photo.



De même pour une photo affirmant que Didier Raoult s’est rendu à Madagascar : elle a été prise en aout 2019 lors d’une visite de l’infectiologue à l’IRESSEF de Dakar (Institut de recherche en santé de surveillance épidémiologique et de formation).

Faire défiler les images pour voir la publication intiiale et l'origine de la photo.


"Notre page peut gagner jusqu’à 5000 abonnés par jour"

En analysant ces cinq pages et les informations laissées par leurs administrateurs, comme leur compte Instagram, la rédaction des Observateurs a pu en identifier au moins deux et rentrer en contact avec l’un d’entre eux. 


Il s'agit d'un étudiant à l'université de Kinshasa, âgé de 20 ans, dont nous avons décidé de ne pas dévoiler l'identité. Il a créé ces groupes avec deux de ses amis pour "publier des informations réalisables ou pas (sic)" selon ses mots. Il explique :
 

On invente des informations pour se faire des abonnés, comme par exemple sur la visite d’Emmanuel Macron à Madagascar. Mais notre objectif c’est de publier des informations pour qu’elles se réalisent. Par exemple  celle d’une année blanche en RDC pour l’éducation : c’est une information probable au moment où on la publie [cette publication a par la suite été démentie par le ministre de l’Education selon cet article de l’AFP Factuel, NDLR].

Notre stratégie, c’est de partager ces publications dans plusieurs groupes comme RDC News 24h/24 [qui compte 504 000 membres, NDLR] ou Radio Okapi [forum d’expression libre de 300 000 membres, NDLR]. Nous donnons aux internautes une information nouvelle,  qu’ils n’ont pas encore lue ailleurs, et c’est pour cela qu’elle est beaucoup partagée. Grâce à cela, notre page peut gagner jusqu’à 5000 abonnés par jour. En un mois, nous en avons eu plus de 60 000 sur "V É R I T É" par exemple.


Le jeune homme assume donc pleinement le caractère inventé des publications et concède ne pas indiquer à ses lecteurs que les publications sont fausses "pour des raisons stratégiques "et "pour ne pas être déconsidéré [par le public]". Sur sa page Facebook personnelle, on découvre une personne qui ne croit pas en la réalité de la pandémie de Covid-19 en RDC et milite notamment pour une "année blanche" pour les étudiants en République démocratique du Congo. Des opinions personnelles qu'il a ensuite transformé en "information" via les pages qu'il administre.

Exemples de publication sur la page personnelle d’un des administrateurs de la page "Vérité". Ce dernier semblait plaider pour une "année blanche" concernant les étudiants, et remet en question la présence du Covid-19 en RDC qui a déjà fait 36 décès et infecté 863 personnes selon les statistiques officielles.


Des jeunes Congolais issus de la même école qui se copient

Le phénomène n'est pas nouveau : nous avons retrouvé d’autres pages comme celle-ci, "Falyala Wilondja" créée en juin 2019 et qui utilise les mêmes méthodes de désinformation. Cette dernière a par exemple récemment relayé une fausse citation attribuée à Emmanuel Macron selon laquelle "tout pays africain qui ne voudra pas que sa population utilise le vaccin européen contre covid19, sa population ne voyagera plus Europe...". Une citation là encore totalement inventée.



Or, l’administrateur de la page "Falyala Wilondja" et celui gérant la page "V É R I T É" se connaissent. Nous avons identifié des échanges entre les deux personnes sur Instagram, et retrouvé une vidéo sur Youtube mettant en scène ces deux personnes en train de chanter du rap congolais dans une école de Kinshasa. S’ils gèrent leurs pages indépendamment l’un de l’autre, ils semblent cependant se livrer une surenchère de fausses informations par leurs pages interposées.

Quant aux objectifs à plus long terme de ces personnes, l’administrateur de la page "V É R I T É", donne des arguments surprenants : 
 

Il y a beaucoup de cybercriminels surtout en Afrique particulièrement en RDC, et cela me dérange vraiment. Il n’y a pas non plus de loi punissant la cybercriminalité. Donc la meilleure manière de faire cette lutte est de s'associer à eux afin de les avoir.

Or, quand une page a de nombreux abonnés, les cybercriminels nous approchent et nous proposent d'être avec eux. Nous voulons ensuite être des espions.


Dans ce flot de désinformation, on retrouve cependant quelques informations exactes, essentiellement en lien avec l'actualité congolaise. Par exemple, une publication fait référence à une déclaration d'un pasteur congolais qui a affirmé "que l'épidémie de Covid-19" était terminée". Si le fond de la déclaration est fausse, ce pasteur a bien prononcé ces mots dans une vidéo mise en ligne mi-avril.

Cette publication est l'une des rares publications exactes de la page "V É R I T É"  : le pasteur congolais Walesa a bien décrété la fin du coronavirus mi-avril dernier, sans en apporter aucune preuve cependant.


A ce jour, la page "V É R I T É", de loin la plus active du réseau, a publié au moins 37 fausses informations autour du Covid-19 depuis sa première publication, le 3 avril dernier. Ces publications fausses cumulaient un total d’un peu plus de 206 000 partages au 6 avril selon un décompte de la rédaction des Observateurs. 


Article écrit par Alexandre Capron (@alexcapron)