RD Congo : au moins six rangers tués dans une attaque dans le parc des Virunga

·2 min de lecture

Une attaque d'hommes armés a fait au moins six morts, dimanche, dans le parc national des Virunga, dans l'est de la République démocratique du Congo, ont annoncé des responsables locaux. Selon un responsable administratif local, ces six éco-gardes ont été attaqués par des miliciens maï-maï.

Au moins six éco-gardes ont été tués, dimanche 10 janvier, dans une attaque d'hommes armés dans le parc national des Virunga, dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris auprès du parc et de responsables locaux.

"Six gardes-parc sont décédés aujourd'hui à 9h30 à la suite d'une attaque perpétrée par un groupe armé dans l'espace situé entre Nyamitwitwi et Nyamilima (centre du parc)", a indiqué dans un message électronique à l'AFP Olivier Mukisya, chargé de communication du parc des Virunga. "Un garde-parc a aussi été grièvement blessé", a-t-il ajouté.

Un responsable administratif local a précisé que les rangers avaient été attaqués par des miliciens maï-maï.

Théâtre des conflits dans la région troublée du Nord-Kivu

"Les Maï-Maï ont tendu une embuscade aux éco-gardes dans le fin fond du parc, vers Nyamitwitwi. Le bilan provisoire est de six gardes-parc tués et deux Maï-Maï sont tombés dans ces accrochages", a déclaré Alphonse Kambale, fonctionnaire délégué du gouverneur dans le groupement de Nyamilima.

Ce bilan a été confirmé à l'AFP par le député provincial Elie Nzaghani, un élu de la région de Rutshuru, où est situé le village de Nyamitwitwi.

Des gardes sont régulièrement la cible d'attaques d'hommes armés dans ce sanctuaire des gorilles de montagne.

Maï-Maï est un terme générique qui désigne des miliciens constitués sur une base communautaire et dont les actions vont de la défense des intérêts d'un groupe à la grande criminalité.

Créé en 1925, le parc national des Virunga est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Cette réserve s'étend sur plus de 7 700 km2, parmi les paysages à l'histoire tourmentée de la province du Nord-Kivu, de Goma jusqu'au territoire de Beni, entre montagnes et forêts.

Au pied du volcan Nyiragongo, la zone protégée constitue le refuge des gorilles des montagnes.

Joyau naturel, touristique et menacé, les Virunga sont aussi le théâtre des confits de la région troublée du Nord-Kivu, où des groupes armés se disputent le contrôle des richesses du sol et du sous-sol.

Le parc est surveillé par 689 rangers armés, dont au moins 200 ont été tués dans l'exercice de leurs fonctions, dans l'histoire récente du parc, créé en 1925, selon ses responsables.

Avec AFP