RCA : le rapport de synthèse de la commission d’enquête spéciale laisse des questions en suspens

·2 min de lecture

La commission d’enquête spéciale mise en place suite aux nombreux rapports documentant des exactions commises par les rebelles, les Faca et les paramilitaires russes dans le pays a présenté vendredi un rapport de synthèse. Les enquêteurs imputent la majorité des exactions aux rebelles de la CPC qui seront jugés, de même que les soldats centrafricains suspectés d’exactions, par les tribunaux nationaux ou internationaux selon la gravité des faits affirme le gouvernement. Pour la première fois, les autorités ont reconnu des « incidents avérés » impliquant des « instructeurs russes ». A leur sujet, plusieurs questions restent en suspens.

Avec notre correspondant à Bangui, Carol Valade

Pour le président de la Commission d’enquête spéciale le procureur général Eric Didier Tambo pas de doutes : « Les instructeurs sont présents dans le cadre de l’accord de défense signé avec Moscou. Ceux qui auraient commis des exactions relèvent donc des tribunaux militaires Russes ».

Comme lorsque des Casques bleus ou des soldats étrangers sont suspectés de fautes, ils peuvent être jugés dans leur pays. « Mais à condition qu’il s’agisse de cas isolés et de soldats d’une armée régulière sous mandat » objecte un observateur.

A lire aussi : Centrafrique: des experts de l’ONU alertent sur de possibles exactions «imputables» à des paramilitaires russes

Or, selon le rapport des experts de l’ONU sur le mercenariat, la majorité des éléments déployés en RCA seraient plutôt des paramilitaires civils donc liés à la société de sécurité privée Wagner et de nationalités diverses. Tandis que le rapport du panel d’experts mandatés par le Conseil de sécurité décrit des violations à grande échelle.

« Comment de simples instructeurs peuvent-ils commettre des exactions ? » s’interroge Gervais Lakosso de la société civile. Le gouvernement les décrit comme une « force d’appui » dans la contre-offensive relève l’opposant Me Nicolas Tiangaye. Alors que la Russie, elle, affirme qu’ils ne prennent pas part aux combats.

Les opérations impliquant des paramilitaires russes se poursuivent actuellement dans l’intérieur du pays notamment dans la ville de Bambari où un couvre-feu a été instauré vendredi suite à la mort de deux soldats Faca selon les autorités locales.

A lire aussi : En Centrafrique, des victimes des exactions russes brisent la loi du silence

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles