«Razzia», tout est chaos

Libération.fr

Après «Much Loved», Nabil Ayouch met en scène des héros en quête de liberté alors que l’islamisme verrouille la société. Trop didactique.

Dans Much Loved, sélectionné à Cannes en 2015, et interdit au Maroc, Nabil Ayouch montrait le quotidien de trois prostituées dans un Marrakech noctambule, dont tout homme, quelles que soient sa religion et sa nationalité, était susceptible d’acheter les services sexuels. Elles étaient filmées solidaires et aussi peu victimaires que possible, et le film, qui frappait par sa crudité, accrochait le spectateur par son élan de vérité. On se souvient que le film valut à sa révélation, Loubna Abidar, d’être menacée de mort, et tabassée, ce qui l’obligea à s’exiler en France. On ne peut pas reprocher à Razzia, cette fois-ci un carton au Maroc, son absence d’ambition et de nécessité. Ce sont cinq destins croisés que le film embrasse, et la Razzia du titre est celle que les islamistes établissent sur le pays, en envahissant tous les secteurs.

Le film s’ouvre sur une séquence dans l’Atlas, où l’on voit un instituteur passionner les enfants d’un village par un cours en berbère sur le système solaire. Nous sommes en 1988, l’année où l’arabe est imposé à l’école, et où des Saoudiens, Syriens et Egyptiens remplacent les professeurs locaux et importent en même temps l’islam salafiste. Désormais, c’est l’ensemble des disciplines qui sont enseignées par le prisme du religieux. L’instituteur, désespéré, lâche l’affaire, on le voit courir dans le désert. Le film se poursuivra en 2015, avec des images de manifs contre la réforme de la loi coranique sur l’héritage, à Casablanca. Les islamistes ont gagné, ils sont majoritaires et capables de faire descendre dans la rue une foule féminine et masculine qui manifeste ensemble contre l’égalité de leurs droits.

Ayant planté le décor, Ayouch peut s’intéresser à différents parcours minoritaires : tous ceux qui sont résistants malgré eux. Il y a notamment Inès, jeune fille qui découvre ses désirs homosexuels, et (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

«Takara», petit bonhomme des neiges
Vite Vu
En contrefaçon, la grande évasion
Désenchantée par «Ghostland»
Bouli Lanners, mordant