Les rayonnements cosmiques peuvent-ils rendre malades ?

·2 min de lecture

Si les rayonnements cosmiques sont stoppés en majorité par l’atmosphère lors de leur arrivée sur Terre, une infime quantité d'entre eux parvient tout de même à se faufiler jusqu'à nous. Mais existe-t-il des maladies qui seraient dues à ces rayonnements ? C’est la question de la semaine posée à Sciences et Avenir.

"Y a t-il une ou plusieurs maladies reconnues dues aux rayonnements cosmiques ?" C'est la question posée par David Campoy à la rédaction de Sciences et Avenir sur notre page Facebook. Elle a été sélectionnée par la rédaction pour notre "Question de la semaine" hebdomadaire. Merci à tous pour votre participation et votre fidélité.

Les rayons cosmiques sont majoritairement stoppés par l’atmosphère

Les sont constitutifs des particules à haute énergie venant soit du Soleil, d’où elles sont émises lors d’éruptions solaires, soit de l’espace interstellaire, voire intergalactique. Responsables d’environ 15 % de la , elles se composent majoritairement de protons, ces particules chargées positivement contenues dans les noyaux atomiques, mais aussi de noyaux d’hélium, voire de noyaux plus lourds (à hauteur de 1%). Mais pas de panique ! La Terre agit comme un bouclier et nous protège de ces rayonnements.

Lorsque les particules chargées se dirigent vers notre planète, son en majorité, de sorte que seule une faible quantité parviendra à atteindre la Terre. La protection aux pôles étant moins efficace, c’est principalement là que des particules parviendront à venir chatouiller notre atmosphère. Ce sont d’ailleurs ces interactions qui créent les , qu’elles soient australes ou boréales : le contact entre particules chargées et atomes d’oxygène ou d’azote résulte en une émission de rayonnements électromagnétiques (de lumière), créant alors de splendides couleurs semblant danser dans le ciel (voir vidéo ci-dessous).

Selon l’altitude, la quantité de rayonnement perçue varie. En effet, les particules qui parviennent à traverser l’atmosphère sont filtrées petit à petit alors qu’elles descendent vers le sol. Ainsi, les personnes pouvant être les plus concernées par ces rayonnements sont les personnels des avions, se trouvant à une altitude plus élevée donc plus susceptible de recevoir ces ondes. Mais la dose totale reçue demeure . C'est dans la Station spatiale internationale qui s[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles