Une rave-party s'installe dans une commune bretonne pour la troisième fois en un mois

Environ 800 personnes étaient réunies à Laillé, en Ille-et-Vilaine, ce dimanche, à l'occasion d'une rave-party. C'est la troisième fois en un mois qu'un évènement de ce type est organisé dans cette commune.

Environ 800 personnes, selon la préfecture, étaient réunies à une rave-party ce dimanche à Laillé (Ille-et-Vilaine) où se déroulait ce week-end le troisième rassemblement du genre en un mois dans cette commune au sud de Rennes.

Selon la préfecture de la région Bretagne, le rassemblement avait démarré ce vendredi. Hormis des nuisances sonores, la préfecture indiquait dimanche vers 11h n'avoir relevé "aucun incident" à Laillé où "environ 800 personnes" étaient encore présentes au lieu-dit de la carrière de La Roche, selon les médias locaux.

"Aucune demande d'intervention des secours" n'a été enregistrée, a indiqué la préfecture, celle-ci précisant que "le son sera stoppé (dimanche) après-midi".

Troisième rassemblement à Laillé en un mois

Selon la presse locale, les organisateurs avaient prévu à l'origine de s'installer vendredi sur un terrain à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Après en avoir été empêchés par les gendarmes, les organisateurs se seraient finalement rabattus sur cette commune d'Ille-et-Vilaine où un agriculteur leur a prêté un terrain.

La préfecture de Loire-Atlantique avait pris mercredi un arrêté interdisant "les rassemblements festifs à caractère musical" durant le week-end de l'Ascension et jusqu'au 7 juin. Selon des habitants joints dimanche par téléphone, il s'agit du troisième rassemblement organisé en un mois à Laillé, confirmant des informations des médias locaux.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Nouvel An : une rave party interdite rassemble 1500 personnes dans l'Yonne

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles