Fin de la rave party sauvage près de Rennes, plus de 1 600 verbalisations

·2 min de lecture

La rave party sauvage qui se tenait depuis jeudi soir avec environ 2.500 fêtards à Lieuron, au sud de Rennes, pour fêter le Nouvel An, a pris fin samedi matin. Plus de 1600 verbalisations ont été réalisées et huit personnes sont en garde à vue. 

Huit personnes étaient en garde à vue samedi à la suite de la fête sauvage qui a rassemblé environ 2.500 personnes au sud de Rennes, tandis qu'une perquisition a permis de saisir un "important matériel" de sonorisation, a annoncé le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc.

Dans l'enquête pour identifier les organisateurs de l'événement "deux personnes, nées en 1998, sans antécédent judiciaire, ont été interpellées" à 15H00 à Iffendic (Ille-et-Vilaine) et "placées en garde à vue", a indiqué le magistrat.

"Une perquisition a permis de saisir une somme d’argent (paraissant en première analyse résulter du partage de la caisse de cet événement)", des produits stupéfiants et un "important matériel de sonorisation", précise M. Astruc dans un communiqué.

"16 enceintes de mur de son, cinq platines une table de mixage, une platine lumière, deux groupes électrogènes et une rampe d'éclairage" ainsi qu'un véhicule poids lourd ont été saisis, a détaillé le procureur en soirée.

"Dans le cadre d'une opération de police judiciaire conduite par la brigade de recherches de Redon, deux pelotons de gendarmes mobiles, un peloton de surveillance et d'intervention avec le soutien d'un hélicoptère, soit 70 gendarmes sont intervenus", a précisé le procureur.

1.645 verbalisations par les gendarmes

En marge de la dispersion sur les lieux de la fête, qui a donné lieu à 1.645 verbalisations par les gendarmes, six personnes ont été placées en garde à vue, dont trois pour infractions à la législation sur les stupéfiants, deux autres qui étaient "détentrices de matériel" et une pour "recel de vol".

"Les éléments recueillis ont permis de confirmer le caractère payant de la manifestation sous la forme d'une contribution et la présence(...)


Lire la suite sur Paris Match