Une rave party rassemble plus de 8.000 personnes en Bretagne

Des participants à une rave party à Pluguffan, dans le Finistère, le 30 mars 2024 (Fred TANNEAU)
Des participants à une rave party à Pluguffan, dans le Finistère, le 30 mars 2024 (Fred TANNEAU)

Plus de 8.000 personnes ont été dénombrées tard samedi par les autorités à une rave party qui se poursuit sur le site de l'aéroport de Quimper malgré un arrêté d'interdiction de la préfecture du Finistère, a annoncé cette dernière.

"Le nombre de participants à ce rassemblement est estimé ce soir à 8.000 personnes, à la suite de nouvelles arrivées au cours de l'après-midi et en soirée", a indiqué la préfecture dans un point de situation à 22H00.

Les "teufeurs" ont afflué à partir de 04H00 du matin samedi sur la plateforme aéroportuaire de Pluguffan, près de Quimper, dont l'activité commerciale est interrompue depuis novembre.

"Les premiers ont forcé l'entrée de l'aéroport, manquant de renverser le véhicule de la gendarmerie" déployé sur place, a déclaré à l'AFP le préfet du Finistère Alain Espinasse.

Un précédent décompte à la mi-journée avait fait état de 6.000 participants.

Des camions et véhicules venus de toute la France et de Belgique, ont été garés sur la piste de décollage de l'aéroport, parsemée de tentes et de "teufeurs", a constaté un photographe de l'AFP.

Dix à douze murs de sons, avec des scènes, ont été répartis sur le site de l'aéroport, malgré les saisies de matériel effectuées dans plusieurs camions durant la nuit de vendredi à samedi, d'après la même source.

Près de Châteaulin (Finistère), les gendarmes ont en effet intercepté "65 m³ de matériel type sound system ainsi que plusieurs véhicules et un groupe électrogène de grande capacité", selon la préfecture du Finistère.

Cette semaine, les préfets des quatre départements bretons avaient pris des arrêtés d'interdiction des rassemblements festifs à caractère musical non déclarés durant le week-end de Pâques, à la suite d'informations repérées sur les réseaux sociaux.

La préfecture avait annoncé samedi vouloir déployer une unité de forces mobiles, tout en excluant une opération d'expulsion, jugeant l'"exercice assez risqué" pour la "sécurité des personnes".

M. Espinasse a précisé samedi que les teufeurs étaient "contrôlés à l'aller" et "au retour", et rappelé qu'ils se trouvaient en infraction.

"Ils participent à un événement non déclaré, non autorisé, de surcroît sur une propriété privée", a-t-il souligné, ajoutant que des contrôles routiers étaient organisés pour "dissuader les gens de venir."

Une équipe de pompiers et une association de sécurité civile sont également présents sur place pour assurer la sécurité des participants.

Les services de secours ont procédé à six évacuations pour des "urgences relatives" depuis le début du rassemblement, a indiqué la préfecture dans son communiqué samedi soir.

ft-aag/vk/mlb/phs