Rave party de Lieuron : la fête est finie, la crainte du cluster demeure

Samedi 2 janvier en fin de matinée, un centre de dépistage est installé à quelques mètres d'un hangar de Lieuron (Ille-et-Vilaine) dans lequel a eu lieu une fête sauvage (rave party). Une initiative sans doute trop tardive, car la plupart des fêtards avaient déjà disparu dans la nature. Seuls quelques dizaines d'entre eux ont accepté de se faire tester. Toute la journée, des équipes de protection civile ont arpenté le secteur afin de délivrer des conseils préventifs. "Un vrai risque de plusieurs clusters" Les forces de l'ordre ont, au total, verbalisé plus de 1 600 fêtards, dont les trois-quarts pour non-respect des gestes barrières. Même si les individus concernés sont identifiés et localisés, les autorités ne peuvent pas les contraindre à se soumettre à un test. Ce que déplore Jean-Paul Hamon, président d'honneur de la Fédération des médecins de France. "Il y a un vrai risque de plusieurs clusters, ces gens-là viennent de toute la France et, même si on leur a collé une amende, cela ne suffit pas. On devait les obliger à faire un test PCR," a expliqué le docteur au micro de France Télévisions.