Rave-party à Redon: sept blessés dont cinq gendarmes, un jeune homme a perdu une main

·1 min de lecture

Un jeune homme a perdu sa main au lors d'affrontements "très violents" survenus entre teufeurs et forces de l'ordre à Redon en Ille-et-Vilaine. Cinq gendarmes ont également été blessés, selon les précisions du préfet.

Cinq gendarmes et deux manifestants ont été blessés dans la nuit de vendredi à samedi lors d'affrontements à Redon (Ille-et-Vilaine) où s'étaient réunis 1500 personnes pour une rave-party tenue en hommage à Steve Maia Caniço. En outre, un jeune homme de 22 ans a perdu l'usage d'une main au cours de l'opération des forces de l'ordre. 

"Dans ce contexte d'extrême violence, un jeune de 22 ans a perdu une main, une enquête a été immédiatement diligentée pour faire toute la lumière sur les circonstances de ce dramatique accident", a déclaré le préfet d'Ille-et-Vilaine Emmanuel Berthier ce samedi matin lors d'une conférence de presse.

"Une extrême violence"

Un arrêté préfectoral d'interdiction de rassemblement avait été émis par le préfet mais plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans la nuit de vendredi à samedi à Redon pour rendre hommage à Steve Maia Caniço, mort il y a deux ans à Nantes au cours de la Fête de la musique lors d'une opération de police.

"Des heurts d'une extrême violence ont duré une grande partie de la nuit, les affrontements ont duré sept heures", a détaillé le préfet, "les gendarmes ont reçu des cocktails Molotov, des boules de pétanque, des morceaux de parpaings, des pétards. Cinq d'entre eux ont été blessés et deux ont été évacués à l'hôpital."

"Ce matin le calme est revenu", a ajouté Emmanuel Berthier, appelant les participants à quitter les lieux.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles