RATP : pourquoi les syndicats appellent à la grève ?

Vendredi 13 septembre, à Paris, les syndicats de la RATP appellent à la grève contre la réforme des retraites. Cette grève pourrait atteindre le niveau de celle de 2007.

Vendredi 13 septembre, à Paris, les usagers du métro, du RER et du bus devront revoir leur moyen de locomotion, la faute à une grève d’une très grande ampleur.

Parisiens et Franciliens, si vous avez l’habitude de vous rendre au boulot en transports, prévoyez un plan B pour vendredi. La grève contre la réforme des retraites s’annonce en effet très suivie puisque l’ensemble des syndicats, excepté la CFDT, appellent à la grève pour ce jour. 10 lignes de métro seront fermées et le trafic des RER A et B sera fortement perturbé.

Pourquoi une grève ?

L'Unsa, la CGT et Sud protestent contre la réforme des retraites. Cette dernière prévoit la suppression des régimes spéciaux, dont celui des agents de la RATP. Plus précisément, elle prévoit de créer un système universel censé remplacer les 42 régimes existants et remanier notamment le régime spécial des agents de la RATP.

Un départ à la retraite repoussé

Les agents de la RATP verraient l'âge du départ à la retraite remis en cause. Actuellement, l'âge de départ moyen des agents est de 55,7 ans contre 63 ans en moyenne. En effet, selon le rapport Delevoye sorti en juin 2019, "le maintien de ces départs précoces ne se justifie pas par des écarts significatifs d'espérance de vie à 60 ans". Mais selon les syndicats, la pénibilité du travail des agents justifie ce départ anticipé à la retraite. Si les propositions du rapport étaient appliquées, ils seraient amenés à partir à la retraite à 62 voire 64 ans.

Des retraites moins importantes

L’autre sujet qui alarme les agents est la modification des règles de calcul du montant des pensions de retraite. La pension est actuellement basée sur les 6 derniers mois de salaire, plus certaines primes incluses et deviendrait calculée sur l’ensemble de leur carrière. Pour les syndicats, ce changement de règle n’est pas en accord avec le contrat social de l’entreprise qui préconise des départs précoces à cause du faible salaire d’entrée des agents et aux conditions de travail difficiles de certains d’entre eux.

Ces raisons poussent donc les syndicats à un appel à la grève massif qui pourrait atteindre le niveau de la grève de 2007 qui avait été d’une importance inédite, suite à la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy.

Ce contenu peut également vous intéresser :