"Ras-le-bol de l'impunité!": à Béziers, un pharmacien placarde les visages de voleurs présumés en vitrine

Thomas Orazi, gérant de la pharmacie du Paradis à Béziers, à côté de son
Thomas Orazi, gérant de la pharmacie du Paradis à Béziers, à côté de son

"Les vols, c'est tous les jours, manifestement!" Face à la recrudescence du nombre de vols dans sa pharmacie, Thomas Orazi a pris une décision radicale. Depuis quelques jours, le gérant de la pharmacie du Paradis, à Béziers, affiche le visage des gens filmés dans son établissement et soupçonnés d'y avoir volé des produits, sur un "mur des voleurs" placardé sur sa vitrine.

Tout commence au début de l'année, alors que le pharmacien est victime d'une vague de vols en réunion. "Au mois de février, on a constaté qu'il y avait de plus en plus de vols alors on a décidé de saisir le taureau par les cornes: on a porté plainte et on a installé des caméras de vidéosurveillance dans la pharmacie", raconte à BFMTV.com le pharmacien de 38 ans, installé à cet endroit depuis maintenant six ans.

Le gérant "abasourdi" devant les images

Là, le gérant tombe des nues. Quelques jours après la mise en place des caméras fin avril, Thomas Orazi se rend compte que les vols sont encore plus nombreux que ce qu'il imaginait, et qu'ils sont même quotidiens, la pharmacie n'ayant pas de portiques de sécurité à l'entrée. "En visionnant les images, j'étais abasourdi!", raconte-t-il.

"Les gens volaient vraiment en toute impunité, j'en avais vraiment ras-le-bol", s'agace le gérant, qui dit avoir constaté pas moins de trois vols en flagrant délit entre le 25 avril et le 1er mai dernier. Selon lui, les gens dérobaient de tout, notamment "des produits de puériculture comme des boîtes de lait, des paquets de couche ou encore des lingettes pour bébé. Certains se servent discrètement, d'autres partent en courant, tandis que d'autres encore viennent en groupe pour faire diversion au niveau du comptoir", détaille-t-il à notre micro.

"Objectif atteint"

Depuis, Thomas Orazi a imprimé les visages des trois personnes prises en flagrant délit, les a imprimés et les a placardés à l'entrée de sa pharmacie afin de dissuader d'autres voleurs présumés, comme le racontait également Midi-Libre. "L'idée, c'est de faire prendre conscience aux gens de ce qu'ils font. Et mon objectif est atteint!", se réjouit le trentenaire. À notre micro, il raconte que quelques jours après avoir mis en place son "mur", une cliente photographiée et soupçonnée d'avoir volé est revenue, a arraché la photo d'elle-même et est repartie avec. "Je n'en demande pas plus, mais j'espère que ça l'a calmée".

Pour autant, le pharmacien ne compte pas nécessairement poursuivre sa démarche. "Je sais que ça n'est pas légal", reconnaît le gérant de la pharmacie biterroise. "Le but n'est pas de continuer indéfiniment, mais plutôt de marquer le coup". Des représentants de la mairie de Béziers doivent rencontrer Thomas Orazi ce mardi soir.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles