Une rarissime sculpture de bois de l'époque romaine déterrée au Royaume-Uni

·2 min de lecture

Une très rare sculpture de bois datant de l'époque romaine vient d'être retrouvée dans l'arrière-pays londonien. Un trésor qui s'ajoute à la longue liste des découvertes faites ces dernières années sur l'immense chantier d'une nouvelle ligne de train à grande vitesse, le HS2.

Une "incroyable" figure en bois sculpté, datant sans doute du début de l'ère romaine, a été mise au jour dans un fossé gorgé d'eau dans le Buckinghamshire, un comté du sud-est de l’Angleterre. Il s'agit de la dernière découverte en date faite à l'occasion de la plus grande campagne de fouilles archéologiques préventives jamais organisée au Royaume-Uni, dans le cadre de la construction d'une ligne ferroviaire qui reliera Londres à Birmingham d'ici la fin de la décennie.

Haute de 67 centimètres et taillée dans une seule pièce de bois, elle représente un personnage vêtu d’un habit drapé arrivant à mi-cuisses, probablement une tunique. L’homme ou la femme porte peut-être un chapeau ou des cheveux coiffés, et montre des jambes bien définies, même si celles-ci sont endommagées à partir des mollets.

Rareté archéologique

Selon une première évaluation faite à partir de son style, elle daterait du début de la période romaine sur le territoire anglais. Une estimation que semble confirmer des tessons de poterie découverts dans le même fossé et datant, eux, de 43 à 70 après J.-C. Il pourrait s'agir d'une offrande aux dieux, d'autres pièces de bois ayant été utilisées de cette façon à la même époque. Ainsi, peut-être ne fut-elle pas jetée au hasard dans le fossé : elle pourrait y avoir été placée délibérément.

Crédits : HS2/PA

Les pièces en bois remontant à la période romaine sont rares, encore plus sur le territoire anglais qui, durant près de quatre siècles (à partir de 43 ap. J.-C. et jusqu’en 410), fut une province de l’Empire portant le nom de "Bretagne". Cette matière organique se conserve en effet très mal, surtout dans un environnement humide comme l'arrière-pays anglais. Ainsi, la découverte d’un objet antique en bois reste toujours exceptionnelle. Dans le cas présent, la sculpture a bénéficié du manque d'oxygène régnant dans le fossé : celle-ci a permis de stopper la pourriture de l’artefact pendant des siècles, un peu à la manière des épaves sous-marines.

"Il s'agit [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles