Rare rencontre à Ramallah entre un ministre israélien et le président palestinien

·4 min de lecture
Montage créé le 30 août 2021 montre le président palestinien Mahmoud Abbas (G) et le ministre israélien de la Défense Benny Gantz. La photo de M. Abbas date du 1er août 2021 et a été fournie par l'Autorité palestinienne et celle de M. Gantz du 7 juin 2021 lors d'une conférence de presse à Jérusalem (AFP/Thaer GHANAIM, Menahem KAHANA)

Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz s'est rendu en Cisjordanie occupée pour discuter avec le président palestinien Mahmoud Abbas, une rencontre rare qui ne signifie pas néanmoins une intention de relancer le processus de paix au point mort depuis plus de sept ans.

"Il n'y a aucun processus de paix en cours avec les Palestiniens et il n'y en aura pas", a affirmé lundi une source proche du Premier ministre israélien Naftali Bennett après la rencontre entre les deux hommes dimanche soir, la première à ce niveau annoncée officiellement depuis des années.

Les discussions à Ramallah, siège du QG de M. Abbas en Cisjordanie, étaient consacrées aux "questions sécuritaires de routine" et à l'économie, a-t-elle ajouté.

Benny Gantz a dit au président palestinien que son pays cherchait "à prendre des mesures pour renforcer l'économie de l'Autorité palestinienne", a indiqué le ministère israélien de la Défense dans un communiqué.

Il aussi précisé lors de cet entretien que l'Etat hébreu allait prêter environ 500 millions de shekels (132 millions d'euros) à l'Autorité palestinienne, a affirmé à l'AFP une porte-parole du ministre.

Selon cette source, ce prêt sera remboursé avec les taxes que perçoit l'Etat hébreu pour le compte de l'Autorité palestinienne. Contactée par l'AFP, celle-ci n'était pas disponible dans l'immédiat pour commenter.

Ces dernières années, les relations entre Israël et l'Autorité palestinienne se sont détériorées. Les négociations de paix sont suspendues depuis 2014 et la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens, illégale au regard du droit international, s'est accélérée sous l'ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu (2009-2021).

A Ramallah, MM. Gantz et Abbas "sont convenus de poursuivre le dialogue", selon le ministère israélien de la Défense.

- "Sécurité, prospérité" -

La rencontre a eu lieu en présence de Ghassan Alyan, responsable du Cogat, l'organe israélien chargé des opérations civiles dans les Territoires palestiniens, de Majid Faraj, chef des services de renseignement palestiniens et de Hussein al-Cheikh, ministre palestinien des Affaires civiles.

Celui-ci a indiqué sur Twitter que MM. Abbas et Gantz avaient "discuté des relations palestino-israéliennes sous tous les aspects", sans davantage de détails.

L'Autorité palestinienne, cadenassée par le président Mahmoud Abbas, 86 ans et dont le mandat devait se terminer en 2009, exerce des pouvoirs limités sur environ 40% de la Cisjordanie. Israël, qui contrôle tous les accès de ce territoire palestinien qu'il occupe depuis 1967, en administre le reste ainsi que les colonies qui y sont implantées.

La rencontre à Ramallah a eu lieu quelques heures après le retour de M. Bennett des Etats-Unis où il s'est entretenu avec le président Joe Biden, un allié avec lequel il s'oppose sur plusieurs points-clés.

Tout en réaffirmant l'engagement "indéfectible" des Etats-Unis à l'égard de la sécurité d'Israël, M. Biden a déclaré qu'il discuterait avec M. Bennett "des moyens de faire progresser la paix, la sécurité et la prospérité pour les Israéliens et les Palestiniens".

- Autorité VS Hamas -

L'administration américaine soutient une solution à deux Etats, israélien et palestinien, et a rétabli des aides financières aux Palestiniens.

Naftali Bennett est un nationaliste radical, ex-dirigeant d'une organisation de colons et opposé à la création d'un Etat palestinien. Son bureau a clairement indiqué qu'il n'avait aucune intention d'entamer de nouveaux pourparlers avec les Palestiniens.

Mais de hauts responsables israéliens ont signalé l'intention de renforcer l'Autorité palestinienne face aux islamistes du mouvement Hamas à Gaza.

Le Fatah laïc de M. Abbas et le Hamas sont à couteaux tirés depuis 2007, lorsque les islamistes ont pris le contrôle de Gaza au terme d'une quasi guerre civile.

La Hamas a dénoncé lundi la rencontre entre MM. Gantz et Abbas, estimant qu'elle "aggrave les divisions palestiniennes".

Israël et le Hamas, des ennemis jurés, se sont livré une guerre de 11 jours en mai. Depuis la trêve obtenue via plusieurs médiations, des échanges de tirs et des violences sporadiques ont lieu. Dimanche, Israël a mené des raids sur Gaza après des lancers de ballons incendiaires vers son territoire depuis l'enclave, sous blocus de l'Etat hébreu depuis près de 15 ans.

En outre, des dizaines de Palestiniens ont récemment été blessés lors de heurts entre manifestants palestiniens et soldats israéliens postés à la barrière séparant Gaza d'Israël. Deux Palestiniens ont succombé à leurs blessures, et un sniper israélien blessé par des tirs venant de Gaza est également décédé.

bur-bs/cgo/mib/hj

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles