Un rapport de l'ONU alerte sur la dégradation des sols

Le programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) publie son deuxième rapport sur l’état de santé des sols dans le monde. L’équivalent de la surface de l’Afrique est dégradé affirme l’organisme qui appelle à une action rapide et efficace.

FERTILITE. Les conclusions du ) ne surprendront personne. Les tendances à la perte en fertilité et à la destruction des premiers mètres de terre s’aggravent. 70% de la surface des continents portent désormais la marque de l’action de l’Homme. Cette exploitation s’effectue sans qu’on se préoccupe de la vie des sols, de l’usage modéré de l’eau, des impacts des pollutions par les engrais chimiques et les pesticides. La situation est particulièrement préoccupante dans les régions sèches qui représentent 45% des zones bioclimatiques où vivent un tiers de l’humanité. Le rapport se base sur les évolutions constatées entre 2000 et 2015 pour affirmer que la dégradation des sols et la désertification touchent désormais 30 millions de km², soit la surface de l’Afrique. 2 millions d’hectares sont ainsi perdus chaque année à travers la planète, soit 23 ha par minute. En 2050, 90% des écosystèmes naturels du monde auront été transformés si les tendances actuelles venaient à perdurer.

Les causes sont parfaitement identifiées. La surexploitation de sols fragiles mène à la désertification du fait de la perte de la couche fertile. La déforestation pour gagner des terres agricoles met à nu des sols peu profonds et très sensibles à l’érosion. Les pratiques agricoles intensives provoquent des pertes importantes de matière organique et de ressources en eau mais à l’inverse des techniques plus traditionnelles comme par exemple les brûlis peuvent également augmenter les destructions de milieux naturels du fait d’une exploitation très courte des terrains défrichés. Le bilan est terrible : 52% des terres agricoles sont dégradées, 70% de la ressource en eau est accaparée par l’agriculture, elle-même responsable de 80% de la déforestation mondiale.

Les neufs frontières planétaires définies par l'UNEP. Celles qui ne sont pas franchies : la couche d'ozone, la pollution atmosphérique, la pollution chimique, l'acidification des océans, l'utilisation de la ressource en eau. Crédit : Unep

Sur les n[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles