Rapport de l’ONU sur le Xinjiang: des accusations «sans fondement» pour Pékin

Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations unies a rendu mercredi soir 31 août les conclusions de son enquête sur le Xinjiang. Un rapport de l’ONU très attendu dans lequel sont évoqués de possibles « crimes contre l’humanité » dans la région autonome ouïghoure. Ce rapport est un véritable camouflet pour Pékin qui parle d’accusations « sans fondement ».

De notre correspondant à Pékin,

Pékin a tout fait pour bloquer la sortie de ce rapport et la longueur de la réponse chinoise en annexe des conclusions de l’ONU témoigne de sa colère à ne pouvoir changer les choses. Dans une sorte de contre-rapport de plus de 120 pages, le pouvoir communiste accuse le Haut-Commissariat des droits de l’homme des Nations unies (OHCHR) d’ignorer les « réalisations en matière de droits humains faites par tous les groupes ethniques au Xinjiang ».

« Mensonges des forces anti-chinoises »

« Sur la base de désinformation et de mensonges fabriqués par les forces anti-chinoises, écrit la représentation permanente de la République populaire de Chine au bureau des Nations unies à Genève, cette soi-disant évaluation vient s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine. »

À lire aussi à la Une de la revue de la presse internationale : l’ONU dénonce de « possibles crimes contre l'humanité » au Xinjiang, Pékin enrage

« Détentions arbitraire et torture »


Lire la suite sur RFI