Rapport sur l'électricité : Bernard Accoyer écrit au président de RTE et pointe "un biais majeur" dans l'étude

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

C'est un rapport qui avait fait du bruit. Lundi dernier, le gestionnaire national du Réseau de transport d'électricité (RTE) a publié une étude, baptisée "Futur énergétiques 2050" afin de définir l'avenir du système électrique français, dressant six scénarios pour atteindre la neutralité carbone d'ici trente ans. Du 100% renouvelable à l'extension du parc nucléaire existant, RTE décrit pour chaque option la faisabilité technique et économique de l'option. Bernard Accoyer, ancien président de l'Assemblée nationale et président de Patrimoine Nucléaire et Climat, association qui défend la filière nucléaire, a analysé le rapport et fait part de ses critiques dans un courrier que le JDD a pu obtenir.

Lire aussi - TRIBUNE. Nucléaire : "L'urgence absolue est d'engager sans plus tergiverser la construction de 6 EPR"

S'adressant au président du directoire de RTE, Xavier Piechaczyk, il pointe "un biais majeur" dans les prévisions de l'étude en raison d'une hypothèse de départ trop restrictive. En effet, selon l'ancien député, le scénario de référence utilisé pour le rapport prévoit une consommation d'électricité trop basse en 2050, soit 645 TWh, " à peine supérieure de 35% à celle de 2019", précise-t-il, alors que tous les pays voisins prévoient une augmentation de leur consommation entre 70 et 80%. Pour faire face à cette augmentation de la production nécessaire, il appelle à revoir des scénarios comportant plus de nucléaire. 

Lettre de Bernard Accoyer, président de Patrimoine Nucl...
Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles