Rapport du Giec : les problèmes qui attendent l'humanité avec un réchauffement climatique de +1,5°C

·2 min de lecture

Évaluer l’impact de nos activités sur le climat mondial. C’est la lourde tâche qui a été confiée au Giec, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Tous les cinq à sept ans, il publie ainsi un rapport détaillé sur la question. Le dernier date de 2014 déjà. Il était plutôt alarmant. Et le prochain est attendu pour le début d’année 2022. Juste après la tenue, en ce mois de novembre à Glasgow, de la COP 26 sur les changements climatiques. Un timing d’autant plus mauvais que ce qui filtre aujourd’hui – ou a peut-être déjà filtré il y a quelques mois et beaucoup évolué depuis – du projet de quelque 4.000 pages — un « travail en cours », précise sur Twitter Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du Giec, un simple « brouillon » qui doit encore prendre en compte des dizaines de milliers de commentaires et « beaucoup évoluer », selon Christophe Cassou, climatologue au CNRS, toujours sur Twitter —, rédigé par des centaines de chercheurs n’est pas rassurant du tout.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Le pire est à venir, avec des implications sur la vie de nos enfants et de nos petits-enfants », affirme le Giec. Alors que le monde s’est engagé, en signant l’Accord de Paris, à ne pas dépasser les +2 °C de réchauffement climatique, les experts estiment aujourd’hui en effet qu’aller au-delà des +1,5 °C pourrait déjà entraîner « progressivement, des conséquences graves, pendant des siècles, et parfois irréversibles, des conditions de vie qui changeront au-delà de la capacité d’adaptation de certains organismes ». Or selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), la probabilité pour que ce seuil soit dépassé dès 2050 est désormais de 40 %.

Avec des températures qui ont augmenté de +1,1 °C, de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles