Rapport Duclert. Génocide des Tutsis au Rwanda : vingt-sept ans après, il est temps que la France demande pardon

Aujourd'hui au Faso (Ouagadougou)
·2 min de lecture

Chargée de faire la lumière sur le rôle de la France durant le génocide au Rwanda en 1994, la commission Duclert pointe du doigt l’“aveuglement” de Paris face à l’élimination méthodique de 800 000 personnes par le pouvoir hutu. Si le rapport ne parle pas de culpabilité, l’heure est malgré tout venue de demander pardon au Rwanda, estime ce journal burkinabé.

Pourquoi, sur les collines de Bisesero, le groupe de Tutsis qui appelait à l’aide a attendu trois jours avant d’être secouru par des militaires français qui ne se trouvaient pas loin ? [En juin 1994, les soldats de l’opération Turquoise, présents sur place, ont attendu avant d’intervenir, laissant les massacres se perpétuer. Leur attitude à Bisesero constitue l’une des accusations majeures contre la France durant le génocide des Tutsis.] Pourquoi n’évoque-t-on pas la présence des mercenaires Bob Denard et Paul Barril dans la zone des massacres ?… C’est avec une plume trempée dans le vitriol de la responsabilité française que s’est écrit le rapport de ces 14 historiens conduits par Vincent Duclert.

Un vrai brûlot de 1 200 pages qui cite la France dans l’abjection survenue au Rwanda en 1994. Commandité par Emmanuel Macron, qui l’a réceptionné ce 26 mars 2021, c’est un document “explosif” qui n’est pas sans rappeler le livre à charge de Pierre Pean, Noires fureurs, blancs menteurs, et qui conclut à la “faillite de la France au Rwanda” entre 1990 et 1994.

La “dette” française

“Responsabilité et non complicité”, telle est la précision de taille que mentionne également ce document fouillé et circonstancié. C’est un draft qui vient rappeler crûment que, vingt-sept ans après le génocide rwandais, rien n’est réglé entre les deux pays, dont les relations évoluent en dents de scie, même si avec Macron l’épaisse atmosphère polaire s’est un peu dissipée. Néanmoins, le génocide rwandais gagnerait à être exorcisé une bonne fois

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :