Un rapport d'audit accablant pour la Gécamines en RDC

En RDC, une « synthèse » du rapport d'audit de l'agence anti-corruption sur la société minière publique Gécamines a été révélée samedi par nos confrères de Jeune Afrique et de l'AFP. Il s'agit d'un examen, par l'Inspection générale des finances, de l'exercice 2010-2020, alors que la société était dirigée par Albert Yuma, un proche de l'ancien président Joseph Kabila, écarté en décembre dernier de la direction de l'entreprise.

La liste des contraventions à la loi, des mystères, des préjudices, des anomalies dans la gestion de la Gécamines est bien longue. L'Inspection générale des finances énumère cas après cas des « irrégularités » dans « la cession d'actifs miniers », un « manque de transparence », des « préjudices dans la cession de droits », des impôts non payés, des soupçons de détournement d'argent public...

Elle souligne par exemple que, sur les deux milliards de dollars générés en ressources propres par la Gécamines en dix ans, 1,5 milliard a servi « au paiement des primes et collations du management ». Des « collations » qualifiées d'« exorbitantes », en plus « d'avantages indus » payés à ses dirigeants.

Elle s'étonne également du peu de royalties tirées par l'entreprise des 35 milliards de dollars de revenus de ses partenaires, et aussi s'inquiète pour 400 millions de dollars disparus sur les 600 millions d'avances sur fiscalité et de prêts à l'État. Et enfin elle se penche sur le peu de « sérieux » dans « le suivi » des investissements réels promis par la Chine lors de la signature de ce qui a été baptisé « le contrat du siècle » en 2008, dans lequel Pékin promettait des infrastructures contre des droits d'exploitation.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles