Un rapport commandé par Wauquiez sur Les Républicains dresse un constat accablant

Anthony Berthelier
1 / 2

Un rapport commandé par Wauquiez sur Les Républicains dresse un constat accablant

Un rapport commandé par Laurent Wauquiez (ici le 18 avril) accable un parti recroquevillé

POLITIQUE - Cinq pages de critiques. Un rapport interne aux Républicains, commandé par Laurent Wauquiez, fustige l'état et le fonctionnement du parti qui se définit comme la première formation d'opposition à Emmanuel Macron. Selon Europe 1 (qui a pu consulter la note) l'auteur du texte, le président de la fédération LR des Yvelines Pierre Bédier, pointe notamment une formation politique recroquevillée, qui ne s'est pas adaptée aux formes actuelles du militantisme et dépassée par les enjeux nationaux.

"Aujourd'hui, dans de nombreux territoires, nos instances LR sont des clubs fermés autour d'un petit nombre de militants. Cette situation entraîne une démotivation" détaille le responsable qui veut profiter de l'implantation de figures locales pour fédérer et refonder le maillage territorial du parti sur le mode des caucus américains.

Europe 1 relève également que Pierre Bédier pointe de larges problèmes de trésorerie. "Nos instances locales militent avec des moyens financiers inexistants", ce qui entraîne, selon lui, une prise de pouvoir par un petit groupe de militants souvent réélus sans avoir fait les preuves de leur action".

Moins de démocratie interne plus de startup?

Mais le proche de Laurent Wauquiez ne se limite pas à l'auscultation du parti, il propose plusieurs remèdes. Le vieux routard du RPR, au chevet de la formation politique depuis décembre 2017, veut par exemple réduire la part de démocratie interne pour réduire les "fortes dissidences et multiplications de chapelles" et ainsi clarifier les positions d'un parti qui manque cruellement d'union. Il propose donc de ne plus élire les patrons des fédérations au suffrage universel.

Toujours dans cette logique de "caucus" à l'américaine, Pierre Bédier veut également construire un réseau local de micro-partis pour apporter plus de financement. Ainsi, la tête du parti pourra avoir les yeux et la main sur tout le pays.

Le président de fédération entend bien, également, réduire le nombre de militants et...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Ce contenu peut également vous intéresser :