Le rappeur qui voulait défendre la veuve et l'orphelin

·1 min de lecture

En 2007, à Boulogne-Billancourt, près de Paris, deux jeunes hommes braquent une bijouterie avant de s’enfuir à scooter. Au bout de quelques virages, le deux-roues se couche sur la chaussée, juste devant la police. Le conducteur est arrêté, l'autre braqueur arrive à s'échapper. Mais rapidement, les enquêteurs trouvent un suspect. A partir d’une seule preuve matérielle : l’ADN de ce jeune homme, ami du conducteur, a été retrouvé sur un gant laissé dans le coffre du scooter. Lorsque Me Serge Money hérite du dossier, il a 35 ans et vient tout juste de prêter serment. Avant d'être avocat, le jeune homme avait une toute autre vie : il était rappeur. Convaincu de l'innocence de son client, il est déterminé à demander l’acquittement, lui qui est devenu avocat justement pour lutter contre les injustices. Mais le verdict va faire vaciller sa confiance en ses capacités professionnelles...

En 2013, Me Safya Akorri accepte son premier dossier aux assises. Elle est chargée de la défense d’un jeune homme de banlieue parisienne, récidiviste, accusé d’avoir attaqué une bijouterie cette fois à Pithiviers, une petite ville du Loiret. Les preuves sont accablantes. L'avocate va tout faire pour éviter la prison à ce très jeune homme. Mais son client et la famille de celui-ci vont sérieusement lui compliquer la tâche.

Comment un avocat gère-t-il le premier échec d'une carrière ? Comment garder la bonne distance avec un client ? Dans ce nouvel épisode de "Mon client et moi", le podcast d'Europe 1 S...


Lire la suite sur Europe1