Le rappeur TKorStretch poignardé à mort lors du carnaval de Notting Hill

DR

A Londres, le rappeur britannique Takayo Nembhard, originaire de Bristol et connu sous le nom de scène TKorStretch, est décédé après avoir été blessé au couteau pendant le carnaval du quartier de Notting Hill.

Un homme a été poignardé à mort lundi soir lors du carnaval du quartier de Notting Hill à Londres, qui célèbre la culture caribéenne et faisait son retour après deux ans d'annulations dues à la pandémie, a indiqué la police. La Metropolitan Police de la capitale britannique a expliqué avoir été informée à environ 20H00 (19H00 GMT) qu'un homme de 21 ans avait été blessé au couteau. Des agents lui ont apporté les premiers secours et il a été transporté à l'hôpital, où il est mort de ses blessures.

La victime a été identifiée comme Takayo Nembhard, rappeur originaire de Bristol, dans le sud-ouest de l'Angleterre, connu sous le nom de scène TKorStretch, venu à Londres pour assister au carnaval avec sa soeur et des amis, a indiqué son manager Chris Patrick. Une enquête pour meurtre a été ouverte par la police, qui a lancé un appel au public pour obtenir des informations, relevant que des centaines de personnes se trouvaient sur place.

200 arrestations, dont 46 pour agression

Chars flamboyants, orchestres tonitruants, coiffes à plumes bigarrées et bikinis de strass, le carnaval de ce quartier de l'ouest londonien est considéré comme le deuxième carnaval au monde après celui de Rio, au Brésil. Enflammant les rues de Notting Hill pendant trois jours, cet événement réunit habituellement deux millions de personnes. "L'ambiance de ces deux derniers jours a été largement positive et bon enfant comme le carnaval devrait l'être", a relevé Alison Heydari, de la Met Police, cité dans un communiqué. "Malheureusement, lundi soir, nous avons été témoins d'un certain nombre d'incidents violents et un homme de 21 ans a perdu la vie", a-t-elle ajouté.

La police a précisé avoir procédé lors de l'événement à plus de 200 arrestations, dont 46(...)


Lire la suite sur Paris Match