Le rappeur LEX embrase la Grèce

Photo Dimitris Mougos

Dimanche 3 juillet, LEX, un rappeur de Thessalonique, a rassemblé 25 000 personnes dans un stade de la banlieue d’Athènes, pour ce qui a semblé être le plus grand concert de l’histoire du rap grec.

Une énigme pour la presse grecque

Depuis la performance du rappeur, au milieu des fumigènes et devant une foule survoltée, la presse grecque tâche de décrypter le phénomène et interroge la popularité d’un artiste qui se trouvait jusque-là “sous les radars de la culture grand public”, relève I Kathimerini, un grand quotidien de centre droit. “Je dois reconnaître que j’ai froncé les sourcils de perplexité [en découvrant les images du concert]. Qui est ce LEX qui remplit un stade entier ?” se demande Protagon.

Pour rassembler autant de fans, LEX “n’a eu besoin ni d’un festival, ni de publicité à la télévision, à la radio ou sur Internet, ni d’affiches traditionnelles. Tout s’est fait de bouche à oreille et de clavier à clavier”, note I Kathimerini. “Ce qu’on retient de plus important de ce concert, c’est que les médias traditionnels ont peu voire pas d’influence sur les jeunes”, croit pouvoir en déduire Ta Nea.

La voix de générations déçues

LEX, Alexis Lanaras de son vrai nom, a 37 ans. Il a commencé sa carrière solo en 2014 et s’affirme aujourd’hui comme “le meilleur ou du moins le plus important rappeur que nous ayons en ce moment”, écrit I Kathimerini. Le quotidien athénien détaille : “Les fans de LEX sont des jeunes de 25 à 30 ans, des personnes qui, durant toute leur vie d’adulte, n’ont connu qu’une crise multiforme (économique, sociale, des valeurs). Les paroles de LEX leur vont droit au cœur.”

Les jeunes Grecs sont les plus touchés en Europe par le chômage, dont le taux avoisine les 35 % dans cette population. Une situation qui s’éternise depuis le début de la crise économique qui a plongé le pays dans l’une des périodes les plus sombres de son histoire contemporaine. “Ceux qui vont voir LEX, ceux qui l’écoutent, l’admirent, l’idolâtrent, le font parce qu’il touche leur âme. Ce sont des jeunes, avec des angoisses face à leur avenir, des rêves non réalisés et un désir de vivre mieux. Ce sont des générations déçues par le monde que nous, les boomers, leur laissons, et qui se reconnaissent dans ces chansons ‘politiques’ ou ‘sociales”, ajoute le site in.gr.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles