Le rappeur Kaaris visé par une enquête après une plainte pour violences de son ex-compagne

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© ANTONIN VINCENT / DPPI via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une enquête préliminaire visant le rappeur Kaaris a été ouverte vendredi, après une plainte pour violences volontaires aggravées déposée par son ex-compagne, a indiqué le parquet d'Évry à l'AFP, confirmant une information du journal Le Parisien. L'avocat du rappeur, Me Yassine Maharsi, n'était pas joignable dans l'immédiat. Auprès du Parisien, il a formellement contesté les accusations, annonçant son intention de porter plainte pour dénonciation calomnieuse pour son client, dont le vrai nom est Okou Gnakouri. Le parquet a tenu à préciser ne pas avoir encore "qualifié les faits", rappelant qu'il appartient à l'enquête de "vérifier les éléments qui existent et d'y donner suite ou pas".

Des faits datant d'octobre 2021

Linda P., qui a un enfant avec Kaaris, dénonce des faits datant du 19 janvier 2021. Dans sa plainte déposée le 7 juillet et consultée par l'AFP, elle fait état d'un "comportement fuyant" soudain et sans explication de la part de Kaaris, provoquant un "profond traumatisme" chez leur enfant.

Face à cette absence inexpliquée, elle aurait tenté "de reprendre contact" avec Kaaris, dit l'un de ses conseils Me Adrien Gabeaud, et aurait découvert que le rappeur avait acquis "une nouvelle résidence" à Linas dans l'Essonneau sud de Paris. Elle s'y rend le 19 janvier 2021 et "retrouve au lit" Kaaris, avec une autre femme, poursuit son conseil, qui la défend aux côtés de Me Sema Akman.

La femme actuelle de Kaaris également visée

Là, Kaaris est accusé d'avoir violenté Linda P. da...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles