Raphaëlle Rémy-Leleu (Osez le féminisme) : "L'IVG de confort n'a aucun sens"

Hélène Lisle

Le droit à l'interruption volontaire de grossesse, acquis après des années de lutte et des milliers de décès, est-il aujourd'hui menacé ? On fait le point avec Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d' Osez le féminisme à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes ce mercredi 8 mars. 

Comment contrer la montée des mouvements réactionnaires voulant contrôler le corps des femmes ?

Il faut rester vigilant, se renseigner et ne pas se laisser endormir. Lorsque nous avons créé l'association, on nous a dit que "Ce n'était pas nécessaire", que "l'égalité des droits était déjà acquise…" C'est une manière d'endormir les féministes. Le droit à l'interruption volontaire de grossesse est le combat fondateur d'Osez le féminisme. Or, ce droit n'est toujours pas acquis aujourd'hui. Nous ne devons pas nous laisser avoir par les anti-IVG qui instrumentalisent le discours avec des procédés postmodernes et des "Sauvez Pikachu", cette opération de communication lancée l'été dernier pour surfer sur la vague du jeu Pokémon Go. Le droit à l'avortement n'est pas tombé du ciel. 

Peut-on parler d'échec du féminisme ?

Je me dresse contre cette idée. Le féminisme a quelques siècles d'histoire ininterrompue. Le patriarcat, lui, a quelques millénaires d'histoire. C'est un peu comme si l'on disait "Est-ce que la fonte des glaciers est l'échec des ours polaires?" Comme les ours, nous sommes les victimes… Mais nous sommes aussi, d'une certaine manière, l'écologie : nous nous battons. Nous faisons ce que nous pouvons avec les moyens que nous avons.

La menace d'un retour en arrière en France est-elle envisageable ?

Oui, comme partout. Le patriarcat n'a pas de frontière. En France, il faut toujours faire attention à la précarisation, à l'instrumentalisation des droits des femmes à des fins racistes ou identitaires, au manque de moyens donnés aux structures…
En septembre dernier, un rapport* consacré à l’égalité femmes-hommes prouvait que les budgets dédiés aux droits des femmes demeurent (...) Lire la suite sur Femmeactuelle.fr
Journée des droits des femmes : leurs messages à nous, les femmes
Journée de la femme : défendons notre droit à l’avortement !
La journée internationale des droits des femmes à prix bradés
Restons mobilisées pour le droit à l’IVG
Journée Internationale des Droits de l’Enfant, Femme Actuelle s’engage

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages