Rapatriements de familles de jihadistes : la France condamnée par la CEDH

Les proches de familles de jihadistes français, deux mères et leurs enfants détenus dans des camps en Syrie, ont fait condamner mercredi la France par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), un revers pour Paris mais qui ne consacre pas pour autant un "droit général au rapatriement" pour les personnes toujours retenues dans les camps syriens. Olivier Véran, porte parole du gouvernement français, réagit à cette condamnation.