« Les Rapaces » : quand le RN reproduit les vieux schémas affairistes

David Rachline en 2022.  - Credit:VALERY HACHE / AFP
David Rachline en 2022. - Credit:VALERY HACHE / AFP

« L'argent a tout corrompu. » Au seuil de sa vie, en avril 2023, François Léotard, maire de Fréjus pendant vingt ans, livre ce regret à Camille Vigogne Le Coat. En se plongeant dans l'enquête fouillée de notre consœur, grand reporteur à L'Obs – qui a longtemps écrit pour L'Express –, on serait tenté d'ajouter que, dans le Var, l'argent les a « tous » corrompus.

« Il est d'usage, ici, que la carrière des élus se termine devant les tribunaux », écrit la journaliste dans Les Rapaces – Enquête sur la « mafia varoise » de Marine Le Pen (Les Arènes). Depuis des décennies, dans ce département baigné de soleil, « tout est à vendre, y compris les responsables de l'État », ajoute-t-elle. C'est un véritable « système », une spécificité varoise.

En 2014, un jeune candidat du Front national, David Rachline – il n'a que 26 ans – jure de « rompre avec le système politique local » et promet de sortir la commune de « ce que la politique a de plus détestable ». Un concours de circonstances favorise sa victoire. La mairie est tenue depuis 1997 par Élie Brun. L'édile, rongé par l'alcool et la dépression, est accusé d'avoir placé ses proches à la mairie. Il n'obtient pas l'investiture de l'UMP pour les municipales, au profit d'un ancien membre de son équipe, Philippe Mougin.

À LIRE AUSSI Macron face à l'obsolescence programmée de son mandat

Élu avec 45,55 % des voix, le nouveau maire assure qu'il tiendra ses promesses de campagne : il limitera le bétonnage massif et redressera le [...] Lire la suite