Ransomwhere : Un inventaire en ligne des rançons payées par des victimes

·2 min de lecture

PHISHING - Un site répertorie déjà les millions de dollars payés aux cybercriminels pour l’année 2021

Difficile de mesurer l’ampleur de l’impact des rançons payées sur Internet ? Pour cela, l’architecte en sécurité Jack Cable a lancé un site permettant d’évaluer les rançons payées en bitcoin à travers le monde aux auteurs de ransomwares. Le but du site Ransomwhere est d’illustrer l’ampleur de l’impact de ce type de menace.

Le fait est que les ransomwares sont des cyberattaques très particulières qui mettent les victimes dans une situation délicate. Ces dernières doivent en effet faire un choix cartésien : payer la rançon et avoir une chance de récupérer leurs données ou ne rien faire et dans ce cas, faire une croix dessus. Malheureusement, si la victime paie, rien n’indique que les pirates informatiques sont de bonne foi et qu’ils lui rendront ses accès. De plus, paiement ou non, ils peuvent aussi avoir fait une copie des données pour les revendre à autrui ou faire chanter leurs victimes. Il est donc assez compliqué de conseiller l’une ou l’autre solution à une victime de rançongiciel, même si les spécialistes préconisent toujours de ne pas payer les criminels.

« Aujourd’hui, il n’existe pas de données publiques complètes sur les sommes totales payées par ransomware. Sans ces données, nous ne pouvons pas connaître l’impact total des ransomwares, et savoir si le fait de prendre certaines mesures (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Des membres du gang à l’origine du ransomware Clop ont été arrêtés par la police ukrainienne
Bitcoin : Un lac transformé « en jacuzzi » à cause d’une centrale de minage
De plus en plus de risques de cyberattaques pour le système financier, alerte la Banque de France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles