Ramzan Kadyrov dit envoyer trois de ses adolescents faire la guerre en Ukraine

Chechnya leader Ramzan Kadyrov attends a ceremony formally annexing four regions of Ukraine Russian troops occupy - Lugansk, Donetsk, Kherson and Zaporizhzhia, at the Kremlin in Moscow on September 30, 2022. (Photo by Mikhail METZEL / SPUTNIK / AFP)
MIKHAIL METZEL / AFP Chechnya leader Ramzan Kadyrov attends a ceremony formally annexing four regions of Ukraine Russian troops occupy - Lugansk, Donetsk, Kherson and Zaporizhzhia, at the Kremlin in Moscow on September 30, 2022. (Photo by Mikhail METZEL / SPUTNIK / AFP)

MIKHAIL METZEL / AFP

Le dirigeant de la région russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a annoncé ce lundi 3 octobre envoyer trois de ses fils combattre en Ukraine.

UKRAINE - « Le temps est venu (pour eux) de s’illustrer dans une vraie bataille ». Dans un message sur Telegram, le dirigeant de la région russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a annoncé ce lundi 3 octobre envoyer trois de ses fils, des adolescents, combattre en Ukraine.

Akhmat, Eli et Adam, âgés respectivement de 16, 15 et 14 ans sont habitués « depuis longtemps » aux entraînements militaires. Leur père leur a enseigné les rudiments de la guerre et à utiliser « différentes armes » et Kadyrov les sent fin prêts à faire « leurs preuves au combat ».

« J’ai toujours pensé que la mission principale d’un père était d’enseigner à ses fils la piété et de leur apprendre à défendre leur famille, leur peuple et leur patrie. Qui veut la paix, prépare la guerre ! », a encore affirmé le dirigeant tchétchène qui a quatorze enfants, selon son site officiel. Une progéniture largement sous-estimée selon les médias russes.

Kadyrov conseille au Kremlin l’arme nucléaire

Familier des déclarations outrancières, Ramzan Kadyrov a aussi appelé ce samedi 1er octobre à utiliser « des armes nucléaires de faible puissance » en Ukraine, alors que l’armée russe éprouve des difficultés et a dû se retirer de la ville stratégique de Lyman. « À mon avis, des mesures plus drastiques doivent être prises, jusqu’à la déclaration de la loi martiale dans les zones frontalières et l’utilisation d’armes nucléaires de faible puissance », a-t-il déclaré sur Telegram.

Il s’en est aussi pris vigoureusement à l’état-major russe, jugeant que le colonel-général en charge des opérations autour de Lyman, Alexandre Lapine, était un « un incapable ». Selon lui, il n’aurait pas fourni « les communications » et les « munitions nécessaires » aux soldats engagés dans la défense de cette ville de l’est de l’Ukraine.

Cette réaction et cet appel à l’arme nucléaire tombent « sous le coup de l’émotion » a répondu le Kremlin. « Dans les moments difficiles, les émotions doivent néanmoins être exclues de toute évaluation (de la situation). Nous préférons faire des évaluations mesurées et objectives », a indiqué le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. Il a toutefois loué « la contribution héroïque » de Kadyrov dans l’offensive armée en Ukraine, où des centaines voire des milliers de Tchétchènes ont été envoyés combattre.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi