Ramsès II, l’homme qui collectionnait les femmes

·1 min de lecture
Le grand temple d'Abou Simbel, en Égypte, dédié à Ramsès II.  
Le grand temple d'Abou Simbel, en Égypte, dédié à Ramsès II.

Une dizaine d'épouses, deux cents concubines, une centaine d'enfants répertoriés? Ramsès II ne laisse pas seulement le souvenir d'un règne exceptionnel, au XIIIe siècle avant Jésus-Christ, gravé dans la pierre de nombreux monuments. Il demeure aussi par l'importance qu'il accorda à ses épouses royales associées à son prestige, et à sa nombreuse descendance qui en découla, destinée à asseoir son pouvoir et à renforcer sa politique. Le pharaon, mort à l'âge canonique pour l'époque de 91 ans, ira même jusqu'à épouser ses filles et au moins l'une de ses petites-filles.

Une vie privée déconcertante et passionnante que détaille avec précision l'historienne Florence Quentin dans Les Grandes Souveraines d'Égypte (éditions Perrin). Au sommet de la hiérarchie trône Néfertari, la première aimée et première du rang, grande favorite dans le c?ur du souverain ? tous deux se sont sans doute fréquentés dès leur adolescence. À ses côtés, une seconde épouse royale, Isis-Néféret, plus discrète, qui joue en quelque sorte la doublure. Avec une cohabitation que l'on peut imaginer compliquée et parfois tendue? « Nous en sommes réduits aux conjectures, explique l'égyptologue Florence Quentin. On peut supposer que Néfertari était issue de la Haute-Égypte et Isis Néferet, de la Basse-Égypte, et que chacune était plutôt associée à des cultes et des fonctions, au sud pour Néfertari et dans le delta du Nil pour Isis-Néféret? Mais Néfertari demeure l'épouse favorite : elle assiste Ramsè [...] Lire la suite