« Ramsès », le bouclier blindé qui a sauvé la vie des policiers de la BRI au Bataclan

·1 min de lecture
Dans la nuit du 13 novembre 2015, la BRI pénètre dans le Bataclan et libère les otages au moyen d’un imposant bouclier roulant baptisé « Ramsès », raconte « Le Figaro ».
Dans la nuit du 13 novembre 2015, la BRI pénètre dans le Bataclan et libère les otages au moyen d’un imposant bouclier roulant baptisé « Ramsès », raconte « Le Figaro ».

Il est 22 h 20, ce vendredi 13 novembre 2015, quand une quinzaine de policiers de la brigade de recherche et d?intervention (BRI) pénètrent pour la première fois dans le Bataclan. Un peu plus tôt dans la soirée, un commissaire de la Bac et son chauffeur sont parvenus à abattre l?un des terroristes. À l?intérieur, rappelle Le Figaro, ils sont donc encore deux, armés et prêts à faire exploser leurs gilets explosifs.

Les deux islamistes se sont retranchés au premier étage de la salle de concert, dans une loge, en compagnie de onze otages. Un véritable casse-tête pour les hommes de la BRI, qui circulent dans un étroit couloir. Derrière la porte à laquelle ils font face, les terroristes se servent des otages comme d?un bouclier humain. Jusqu?à 0 h 18, un négociateur tente d?obtenir la reddition des djihadistes ? sans succès.

À LIRE AUSSI La BRI sur la sellette : « Nous faisons les frais d?une bataille d?ego

Ramsès roulant

Il faut donc entrer. Impossible pourtant de tirer en premier, de peur d?atteindre des otages. Les hommes de la BRI vont devoir encaisser une première attaque des deux terroristes. Et pour tenir, ils pourront compter sur « Ramsès », un imposant bouclier haut de 1 m 80 et pesant 80 kilos. Conçu sur demande du Raid, il consiste en une très épaisse plaque de Kevlar de la taille d?une porte et circulant sur roues. Selon Le Figaro, il a été conçu par une société autrichienne sur demande du Raid, et en utilisant les « spécifications du Centre de recherch [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles