Rambouillet – Jean Castex : « Nos sanglots forment un même glas »

Par Le Point.fr, avec AFP
·1 min de lecture
Un grand portrait en noir et blanc de Stéphanie Monfermé a été solennellement porté par des policiers, au début de la cérémonie,
Un grand portrait en noir et blanc de Stéphanie Monfermé a été solennellement porté par des policiers, au début de la cérémonie,

Une ambiance grave, un ton solennel. Vendredi 30 avril au matin, à Rambouillet dans les Yvelines, Jean Castex a mené la cérémonie d'hommage national rendu à Stéphanie Monfermé, fonctionnaire de police assassinée, vendredi dernier, au sein même de son commissariat. Le Premier ministre a tout d'abord salué une femme au « caractère heureux et serviable », et au « rôle essentiel » sur son lieu de travail. Et de s'interroger : « Pourquoi cette haine d'un homme à l'égard d'une femme qu'il ne connaissait pas ? Parce qu'elle incarnait la police française et donc l'autorité de l'État. »

Jean Castex a martelé que « le terrorisme islamiste n'est rien d'autre qu'un fanatisme sanguinaire, il nous a déclaré la guerre, mais c'est une guerre de lâches ». Le Premier ministre a également condamné les actes de violences commises à l'égard de la police. L'attaque de Rambouillet, commune plutôt tranquille, avait choqué la ville.

À LIRE AUSSIAttaque de Rambouillet : Stéphanie M., une héroïne du quotidien

« Votre collègue a été assassinée parce qu'elle servait son pays, elle servait la France », a-t-il déclaré. Avant de souligner que si la France est victime d'attentats et prise pour cible, c'est en raison « de son refus catégorique du communautarisme ». « Ce matin, nos sanglots forment un même glas », a conclu le chef du gouvernement, citant le poète Aragon.

Une centaine de personnalités et d'élus présents

Un grand portrait en noir et blanc de Stéphanie Monfermé a été solennellement [...] Lire la suite