Rambouillet : Castex rend hommage et dénonce "l'insulte sanglante" à "ceux qui croient"

·1 min de lecture

Le Premier ministre, Jean Castex, a dénoncé l'"insulte sanglante jetée à la face de tous ceux qui croient en un dieu", vendredi, lors d'un hommage national à la fonctionnaire de police assassinée la semaine dernière à Rambouillet. Il a souligné "l'immense effroi dans lequel nous a plongé l'ignoble crime de Rambouillet : toute mort est une mort de trop car toute attaque contre la République est une blessure inacceptable pour la communauté nationale". "Ce matin, nos sanglots forment un même glas", a-t-il poursuivi en citant Aragon.

Une décoration à titre posthume

Stéphanie Monfermé, 49 ans, a été victime d'une attaque mortelle au couteau devant le commissariat de Rambouillet où elle travaillait. Son agresseur, un ressortissant tunisien âgé de 36 ans, était dépourvu de casier judiciaire et inconnu des services de renseignement et de la justice, mais son mode opératoire correspond aux appels récurrents du groupe Etat islamique (EI) à s'attaquer aux forces de l'ordre. Il a été abattu par les policiers lors de l'attaque.

>>Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici 

"La défense du droit et de cette liberté si française de croire au ciel ou de ne pas y croire, notre ennemi, le terrorisme islamiste, ne peut la tolérer", a lancé le chef du gouvernement. Avant son discours, Jean Castex avait décoré la victime de la Légion d'honneur à titre posthume.

"Une certaine façon de vivre la France"

Originaire de Coutances dans la Manche, Stéphanie Monfermé s'était installée il y a vi...


Lire la suite sur Europe1