Rambo : "Le monde a perdu un grand artiste", quand Sylvester Stallone rendait un vibrant hommage à Brian Dennehy, inoubliable méchant du film

·1 min de lecture

Ils sont affrontés comme c'est pas permis sur grand écran. Et pourtant... En avril dernier, Sylvester Stallone a rendu un vibrant hommage à l'acteur Brian Dehenny, décédé mercredi 15 avril 2020, à l'âge de 81 ans. Celui-là même qui incarnait le flic sadique Teasle à la poursuite de Rambo, en 1982. "C'était tout bonnement un artiste brillant... C'était aussi un vétéran du Vietnam qui m'a beaucoup aidé à construire le personnage de Rambo. Le monde a perdu un grand artiste" a écrit l'éternel John Rambo, dans une publication sur Instagram.

C'est Elizabeth Dehenny, la fille du comédien disparu, et qui est également actrice, qui avait annoncé la terrible nouvelle sur Twitter : "C'est le coeur lourd que nous devons annoncer que notre père, Brian, est décédé la nuit dernière de causes naturelles" indique-t-elle, précisant que la disparition de l'acteur n'est pas liée à la pandémie qui sévit actuellement aux quatre coins de la planète. "Une personnalité plus grande que nature, une générosité extrême, un père et un grand-père fier et dévoué, il sera regretté par sa femme Jennifer, sa famille et ses nombreux amis."

Acteur de télévision et de cinéma, Brian Dehenny débutait sa carrière de comédien en 1977, après avoir décroché un rôle dans la série Kojak. Cinq ans plus tard, il affronte Sylvester Stallone, déjà gloire à Hollywood avec Rocky, dans le premier Rambo : First blood. En 1985, il est l'un des héros de Cocoon, drame SF de Ron Howard. Il donnera la réplique à Harrison Ford dans Présumé (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Une famille à louer (France 3): tire-bouchon, menottes… Benoît Poelvoorde s'amuse avec les objets cultes de sa carrière (VIDEO)
Rocky sur Salto : pourquoi Sylvester Stallone a t-il failli rater le rôle qui l'a rendu célèbre ?
Guillaume Gallienne en deuil : le comédien a perdu son frère Thierry Gallienne
OSS 117 : Nicolas Bedos promet un film d'une "extraordinaire irrévérence"
Alain Delon confie vivre très mal le deuxième confinement : "Ça me rend malade"