Ramasser des coquillages et des galets sur la plage : ne faites pas ça

Un beau caillou poli par les vagues, un coquillage immaculé, un peu de sable d'une plage chère à notre cœur... Emporter ce genre de souvenirs de vacances reste encore très courant, et pourtant, c'est interdit. Non seulement vous vous exposez à des amendes, mais ce n'est pas la seule raison pour laquelle ce réflexe pose un problème. C'est également très mauvais pour les écosystèmes et plus globalement, pour le littoral.

Les galets, par exemple, mais aussi, dans une moindre mesure, les cailloux et coquillages présents sur les plages, permettent de limiter l'érosion côtière. Leur volume est essentiel pour contrôler ce phénomène, mais est également très utile pour atténuer les effets des inondations, rapporte un article publié dans The Conversation. En effet, plus la plage est composée de galets et de sédiments, plus celle-ci est capable d'absorber l'énergie des vagues, et donc la rend apte à agir comme barrière naturelle, que ce soit contre l'érosion ou les inondations. Même si le nombre de galets paraît infini, si chacun repart avec un galet, alors cette barrière pourrait s'affaiblir au fil des années. Idem si chacun repart avec un petit échantillon de sable de sa plage préférée.

Il arrive aussi tout simplement que des êtres vivants se cachent parmi les beaux coquillages que vous rencontrez lors de vos balades. On les trouve en général sur la laisse de mer, cette bande où s'accumulent, sur le sable, des éléments vivants comme des algues, des éponges, des os de seiche, ou des débris. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Recyclable, biodégradable et compostable : quelles sont les différences ?
C'est prouvé : l'immunité des enfants s'améliore quand ils sont en contact avec la nature cinq fois par semaine
Au Japon, des scientifiques découvrent une nouvelle espèce de plante qui ressemble à un calamar
Groenland : ces virus géants aideraient à limiter la fonte des glaces !
Festivals : pourquoi les paillettes sur le visage, c'est fini