Rama Yade : pourquoi elle a décidé de revenir en France après deux ans d'exil aux États-Unis

Lors de sa séparation avec son mari Joseph Zimet, Rama Yade, ex secrétaire d’État chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’homme, puis des Sports, a décidé de partir vivre aux Etats-Unis sur un coup de tête : « Là, face au Mont Ventoux, que j’ai vu comme une allégorie de la vie politique, une sacrée montagne à gravir, j’ai conclu que l’obstacle était trop grand pour l’instant ». Si la métaphore est belle, le séjour outre-atlantique n’a pas toujours été facile. La jeune femme de 43 ans est partie avec sa petite fille de 5 ans, Jeanne et elle a découvert un monde plutôt fermé comme elle le raconte à Gala : « Il y a, dit-elle, le monde des expatriés autour du lycée Français, rythmé par des compétitions parentales pour le plus beau repas international, les événements culturels organisés par les ambassades, le monde politique US autour des lobbies, des multinationales, et bien sûr la Maison blanche... J’ai beaucoup appris à naviguer entre ces mondes »

Home sweet home

Après deux ans à Washington, où elle a rejoint le think tank (groupe de réflexion) Atlantic Council, Rama Yade a décidé de rentrer en France. En effet, elle n’a pas souhaité séparer trop longtemps sa fille de son père et de sa famille. Même si cette expérience a été très riche pour cette ancienne politicienne elle ne souhaite pas pour autant reprendre sa carrière politique : « Dans cette nouvelle vie, loin de la politique, j’ai retrouvé une certaine maîtrise du temps. Notamment pour les amis si longtemps négligés.

Retrouvez cet article sur Voici

VIDEO Michel Cymes dénonce « un procès en minimisation » à la suite de ses propos sur le coronavirus
Claire Keim confinée avec Bixente Lizarazu : comment leur couple résiste à cette période difficile
Koh-Lanta 2020 : comment Denis Brogniart a fait pour ré-enregistrer des voix off à la dernière minute
Prince Charles atteint du coronavirus, le futur roi donne de ses nouvelles
Evangeline Lilly s'excuse pour la légèreté dont elle a fait preuve face au Covid-19