"Rajoutez un pull" : la réponse gênante du CROUS de Bordeaux aux étudiants se plaignant de l'absence de chauffage dans leur résidence

·2 min de lecture
Conflit ouvert entre étudiants et Crous à l'Université de Bordeaux (Photo : MEHDI FEDOUACH/AFP via Getty Images)

Confrontés à des températures de plus en plus hivernales dans leur logement, des étudiants de l'Université de Bordeaux (Gironde) ont reçu une réponse plutôt surprenante après avoir tenté d'alerter l'administration.

À Bordeaux, le bien-être des étudiants n'est visiblement pas la priorité des autorités universitaires. C'est du moins ce que l'on pourrait penser à la lecture de la réponse envoyée par le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) aux jeunes habitants de la résidence Pierre et Marie Curie, après plusieurs plaintes concernant l'absence de chauffage dans le bâtiment.

"Cela a commencé mi-octobre, témoigne une étudiante en communication, citée par France 3. Je n’ai pas envoyé de mail tout de suite, parce que je me suis dit qu’ils finiraient bien par allumer le chauffage un jour. C’est là qu’on a reçu une réponse globale, destinée à tous ceux qui faisaient des demandes par rapport au chauffage qui ne fonctionnait pas. Je ne suis pas seule dans ce cas."

Le Crous soutient que tout fonctionne normalement

Dans ce fameux message, l'administration explique qu'il n'y a selon elle pas de défaut de fonctionnement du chauffage, tout en précisant que "des interventions pour maintenance sont parfois nécessaires" et que ces dernières sont déjà programmées. Et de conclure : "En attendant, il n'est pas nécessaire de faire des demandes d'intervention. Rajoutez un pull !".

Du côté des principaux concernés, forcément, cette réponse quelque peu nonchalante ne passe pas. "J’étais énervée, c’est complètement inacceptable, s'indigne l'étudiante citée par France 3. Quand n’importe quelle autre personne entre dans son logement, jamais son propriétaire ne va lui dire de mettre un pull parce qu’il fait trop froid. Ça ne devrait pas marcher comme ça."

"C’est hallucinant de payer 150 € de charges pour ça"

"Déjà en emménageant, je trouvais qu’il faisait frais, se souvient un autre étudiant, toujours cité par le média de service public. Le gérant m’a dit que le chauffage se mettrait en route en se basant sur la température extérieure. Depuis, ça n’a pas changé, alors qu’il fait de plus en plus froid la nuit et même la journée.” Une situation qui devrait logiquement s'aggraver dans les jours à venir avec l'arrivée de l'hiver.

"C’est hallucinant de payer 150 € de charges pour ça, pointe l'étudiante en communication. Ce serait bien qu’ils fassent enfin 'tout pour les étudiants', comme leur agent nous l'a fièrement dit lors de la remise des clés. Pour le moment, ce n’est absolument pas le cas. Chaque fois qu’on signale un problème, on reste sans réponse, ou ça prend des semaines avant d’être réglé. Ce n’est pas normal de laisser les étudiants dans la galère."

VIDÉO - Précarité : les étudiants français crient leur colère

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles