Les raisons d'accepter le poste de porte-parole du gouvernement (ou pas)

·1 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - “Une purge”, “un job infernal”, “un poste à emmerde” devenu “insupportable”. Dans le livre d’Anne Saurat-Dubois publiée aux éditions de l’Observatoire, “Profession: paratonnerre”, les qualificatifs désagréables pour décrire le poste de porte-parole de gouvernement ne manquent pas. 

Sur près de deux cents pages, la journaliste politique de BFMTV livre les témoignages éloquents des différents porte-paroles de gouvernement. De Catherine Trautmann sous Chirac en 1998 à Gabriel Attal aujourd’hui dans le gouvernement Castex, les anecdotes se succèdent. Parfois pour le meilleur, surtout pour le pire.

Rite de passage

Mais alors qu’est-ce qui poussent les politiques à accepter ce poste? Anne Saurat-Dubois répond au HuffPost. Avant tout chose, le poste ne se refuse pas. “Souvent, ce sont des jeunes aspirants à la politique qui veulent y entrer et ils veulent tellement y entrer qu’ils peuvent pas le refuser. Parce que quand on refuse un poste dans un gouvernement, on peut ne pas faire partie du collectif du tout à la fin.” Prendre la lumière d’un coup et s’en servir de tremplin, voilà une bonne raison qui pousse si jeune à être derrière le pupitre de la salle des compte-rendus des conseils des ministres. Quitte à prendre le feu. Parfois injustement, souligne Anne Saurat-Dubois.

Des disputes de ministres aux questions sur la vie privée du président, en passant par des questions extrêmement techniques, le porte-parole doit savoir répondre à tout. Le plus souvent quand personne ne veut le faire, tant la situation est épineuse. “C’est ce que Jean-François Copé raconte très bien”, rapporte l’autrice. “Lorsque Jea...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles