"Les raisins mûrissent plus tôt dans l'été" : les vignerons bordelais font face au réchauffement climatique

franceinfo, Guillaume Gaven

"L'une des conséquences du réchauffement climatique c'est qu'on a à peine le temps de prendre quelques jours de vacances qu'il faut déjà re-préparer le chai pour les vendanges." Marc Médeville est à la tête de 180 hectares de vignes et il surveille avec attention les toutes premières grappes du millésime qui sont en train d'être rentrées, puis pressées.

Au château Fayau, à Cadillac (Gironde), comme ailleurs dans le Bordelais, les vendanges viennent de commencer. Les blancs ont ouvert le bal en début de semaine et les rouges devraient suivre d'ici une quinzaine de jours. Globalement, les exploitants sont satisfaits de la qualité. Mais depuis quelques années, les vignerons ont de nouvelles préoccupations : le réchauffement climatique.

Grands changements de témpérature

Marc Médeville préside les appellations Bordeaux et Bordeaux supérieur. Plus que le réchauffement, lui est inquiet par le dérèglement climatique : "On a une tendance à démarrer plus tôt les vendanges, mais ce n'est pas très significatif. Ce qui est significatif c'est le démarrage de la vigne au printemps. On a quinze jours à trois semaines d'avance parce qu'on n'a plus d'hiver." Il détaille : "On a du gel cette année, comme l'année précédente. Et en juillet on a eu des températures jusqu'à 43°C. La vigne peut supporter des températures comme ça, mais ce qu'elle n'aime pas c'est d'être une semaine à 27°C, la semaine suivante à 43°C et celle d'après à 31°C."

La (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi