Raids des Huns, erreurs génétiques et poissons pollués : l'actualité des sciences en ultrabrèves

WIKIMEDIA COMMONS

Au sommaire des ultrabrèves du 18 janvier 2023 : la sécheresse aurait poussé les Huns à envahir l'Empire romain, la radiation cause des erreurs génétiques dans les spermatozoïdes qui sont transmises de génération en génération et manger un poisson aux Etats-Unis revient à boire de l'eau contaminée pendant un mois.

L'actualité scientifique du 18 janvier 2023 c'est :

En Archéologie : La sécheresse a-t-elle poussé les Huns à envahir l’Empire romain ?

  • Durant le 4e et 5e siècles de notre ère, des populations nomades originaires de la steppe eurasienne se sont déplacées plus à l’ouest pour s’installer dans la région qui correspond à l’actuelle Hongrie.

  • Ces peuples, que l’on désigne sous le nom global de Huns, ont pratiqué l’agriculture et l’élevage dans la région, et étaient considérés comme de simples bergers.

  • Cependant, des périodes de sécheresse intenses auraient pu pousser les Huns à devenir de redoutables pillards envers l'empire romain pour subvenir à leurs besoins.

En Santé : La radiation cause des erreurs génétiques dans les spermatozoïdes qui sont transmises de génération en génération.

  • Les rayonnements produits par la radioactivité sont responsables de cassures dans l'ADN pouvant causer l'apparition de mutations "de novo" parfois dangereuses pour l'organisme.

  • Ces mutations peuvent être transmises aux générations suivantes si elles surviennent dans les cellules germinales qui donneront lieu aux spermatozoïdes et aux ovules.

  • Les cassures génétiques des spermatozoïdes seraient moins bien réparées que celles des ovocytes, notamment à cause d'une condensation de l'ADN plus forte chez les spermatozoïdes, ce qui empêche une réparation optimale.

En Environnement : Manger un poisson aux Etats-Unis revient à boire de l'eau contaminée aux polluants "éternels" pendant un mois.

  • Les polluants "éternels", ou PFAS, ont été développés dans les années 1940 pour résister à l'eau et à la chaleur et on les retrouve aujourd'hui dans les revêtements anti-adhérents, les textiles ou les emballages alimentaires.

  • Avec le temps, les PFAS se sont accumulés dans l'air, le sol, les eaux des lacs et rivières, la nourriture, le corps humain, mais sont très nocifs pour la santé.

  • Les taux de PFAS constatés dans les poissons d'eau douce pêchés dans la nature se sont avérés 278 fois plus élevés que c[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi