Publicité

Raid israélien dans un hôpital en Cisjordanie: trois Palestiniens tués

Une palestinienne pleure la mort de ses deux enfants, Bassel et Ayman Ghazawi, tués dans une opération de commando israélien dans un hôpital de Jénine en Cisjordanie occupée, le 30 janvier 2024 (Zain JAAFAR)
Une palestinienne pleure la mort de ses deux enfants, Bassel et Ayman Ghazawi, tués dans une opération de commando israélien dans un hôpital de Jénine en Cisjordanie occupée, le 30 janvier 2024 (Zain JAAFAR)

Les forces israéliennes ont envoyé mardi un commando déguisé en personnel médical et en civil dans un hôpital de Jénine, en Cisjordanie occupée, pour exécuter trois hommes présentés comme des "terroristes", dont l'un en lien avec le Hamas.

C'est la première fois depuis 2015 que les forces israéliennes lancent ce type d'opération dans un hôpital de Cisjordanie, où les tensions s'intensifient sur fond de guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien à Gaza.

Un journaliste de l'AFP a vu les corps des trois hommes, pleurés par des proches, à l'intérieur de l'hôpital Avicenne de Jénine, bastion de groupes armés palestiniens. Un brancard, sur lequel un oreiller percé par une balle était tâché de sang, laissait peu de doute sur la nature de l'opération.

Plus loin, un matelas portait encore des traces de sang, dont certaines avaient éclaboussé le sol et les murs.

Dans un communiqué commun, l'armée, la sécurité intérieure et la police israéliennes ont indiqué avoir "neutralisé" ensemble Mohammad Jalamnah, un "terroriste du Hamas", ainsi que "deux autres terroristes", Bassel et Ayman Ghazawi.

Le Hamas a confirmé l'affiliation de Jalamnah. Et le Jihad islamique, un autre mouvement islamiste palestinien, a revendiqué celle des deux frères Ghazawi. Les funérailles de ces deux derniers ont été organisées en fin de matinée.

"Un groupe de membres des forces d'occupation habillés en civil est entré et a assassiné" les trois hommes avec des armes équipées de silencieux, a déclaré à l'AFP le Dr. Naji Nazzal, directeur médical de l'établissement.

"L'opération a eu lieu dans le service de rééducation du troisième étage, où Bassel Ghazawi était soigné depuis le 25 octobre", a ajouté le médecin, affirmant que l'homme ne pouvait "plus bouger du tout".

Sur une vidéo de surveillance, postée par les autorités palestiniennes sur les réseaux sociaux, une douzaine d'hommes et des femmes équipés d'armes de guerre et déguisés en personnel médical ou en civil, pénétrent à 05H43 dans une unité de soins   et mettent en joue les personnes présentes. Certains membres du commando, masqués, portent une chaise roulante pliée ou un siège bébé.

- "Planifié un raid" -

Le ministère palestinien des Affaires étrangères a dénoncé sur X (ex-Twitter) des meurtres "odieux" qui relevaient de "crimes contre l'Humanité".

Le ministère de la Santé palestinien a pour sa part souligné dans un communiqué que les établissements hospitaliers étaient protégés par le droit international.

Il "appelle urgemment l'Assemblée générale des Nations unies, les institutions internationales et les organisations de défense des droits de l'Homme à mettre fin à l'enchaînement quotidien de crimes commis par l'occupation (israélienne) contre notre peuple et nos centres de santé".

Selon le communiqué des forces israéliennes, Jalamnah "entretenait des contacts avec des postes de commandement du Hamas à l'étranger et (avait) été blessé alors qu'il tentait de fomenter un attentat à la voiture piégée", il y a quelque temps.

Il aurait aussi "transféré des armes et des munitions à des terroristes afin de mener des attaques" et "planifié un raid inspiré des massacres du 7 octobre".

- "Se cacher" -

Ce jour-là, des commandos du Hamas ont lancé une attaque surprise contre Israël à partir de la bande de Gaza ayant entraîné la mort d'environ 1.140 personnes côté israélien, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens.

En représailles, Israël a juré d'"anéantir" le mouvement islamiste palestinien au pouvoir à Gaza depuis 2007, et lancé une vaste opération militaire qui a fait 26.751 morts dans ce petit territoire côtier, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

"Jalamnah prévoyait de mener une attaque à très court terme et utilisait l'hôpital pour se cacher", ont affirmé les forces israéliennes.

Selon elles, "un grand nombre" de Palestiniens recherchés par Israël utilisent les hôpitaux "comme bases pour planifier des activités terroristes et commettre des attentats".

Israël occupe la Cisjordanie depuis la guerre israélo-arabe de 1967. Depuis le 7 octobre, plus de 360 personnes y ont été tuées par les forces israéliennes, selon les autorités palestiniennes. L'année 2023 a été l'une des plus meurtrières du conflit depuis 2005 pour le territoire.

bur-dla/blb/cyj