Raid de Boko Haram au Cameroun, 8 morts et 100 otages

YAOUNDÉ (Reuters) - Au moins huit personnes ont été tuées et une centaine d'autres enlevées au cours de la nuit de lundi à mardi par des militants présumés de Boko Haram dans un village du nord du Cameroun proche de la frontière du Nigeria, indiquent un responsable local et une source militaire. Le village de Tchakarmari, visé mardi matin, se situe au nord de la localité de Maoura, chef-lieu de la région de l'Extrême-Nord, où des dizaines de personnes ont péri dans une série d'attentats à la bombe commis par les djihadistes nigérians le mois dernier. "Les habitants ont dit que les assaillants ont repris le chemin du Nigeria où ils ne pouvaient pas être poursuivis", a commenté un représentant local. Un officier de la force militaire déployée par l'armée camerounaise pour lutter contre les violences djihadistes a expliqué que les agresseurs avaient franchi la frontière en provenance du Nigeria peu après minuit. Après la série d'attentats commis au mois de juillet, le Cameroun a déployé 2.000 soldats supplémentaires afin de renforcer la sécurité dans la région de l'Extrême-Nord. Le Cameroun a mobilisé 7.000 hommes dans le cadre de la force d'intervention régionale à laquelle participent le Tchad, le Niger et le Nigeria contre les islamistes de Boko Haram. (Sylvain Andzongo; Pierre Sérisier pour le service français)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles