Raid aérien contre une école en Birmanie: «Il y avait du sang partout, des bouts de corps...»

En Birmanie, l’attaque d’une école dans la région de Sagaing, dans le nord du pays, a fait au moins 13 morts, dont 11 enfants. Le plus jeune était âgé de 7 ans. La région est en proie à de violents affrontements entre armée et forces rebelles depuis quelques semaines.

De notre correspondante à Rangoun, Carol Isoux

L’école primaire rurale, dans le village de Let Yet Khone, a été encerclée par des soldats vers 13h vendredi 16 septembre. Ils ont tiré sur des dortoirs où se trouvaient des enfants et leurs professeurs.

Une enseignante rescapée du massacre témoigne au micro du site d’information birman Myanmar Now : « Il y avait déjà eu des raids aériens. En général, on se cache dans les dortoirs, mais là, c’était différent. Tout à coup, on a entendu des coups de feu et mon collègue a été blessé au pied, on s’est précipité sous les lits avec les enfants. Ils ont tiré d’abord avec de grosses mitraillettes, puis des armes de poing plus petites. Tout était détruit, il y avait du sang partout, des bouts de corps. J'ai vu ma collègue se vider de son sang devant moi. Et puis mon fils.... Il avait déjà perdu un bras et une jambe. Avant de mourir, il m’a dit : "maman, aide-moi, j’ai trop mal, aide-moi à mourir". »

Selon la presse birmane, les soldats auraient reçu des informations selon lesquelles des combattants se cachaient dans l’école et y faisaient du trafic d’armes, une version formellement démentie par les enseignants.

À lire aussi : Birmanie: des preuves toujours plus nombreuses de crimes contre l'humanité


Lire la suite sur RFI