Rafle du Vel d'Hiv: à Pithiviers, la lutte contre l'antisémitisme au cœur du discours de Macron

Le président français Emmanuel Macron a marqué ce dimanche 17 juillet le 80ᵉ anniversaire de la Rafle du Vel d'Hiv, lors de laquelle furent déportés des milliers de juifs en 1942, en inaugurant à Pithiviers un nouveau lieu de mémoire dans l'ancienne gare d'où sont partis huit convois pour Auschwitz-Birkenau. Le chef de l'État a axé son discours contre l'antisémitisme, jugeant que la France n'en avait « pas fini » avec ce « combat contemporain » et dénonçant une « nouvelle forme de révisionnisme historique ».

Le chef de l'État s'est rendu à l'ancienne gare de Pithiviers, dans le centre de la France, pour y inaugurer un nouveau lieu de mémoire dans cette gare d'où sont partis huit convois pour le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau. Emmanuel Macron était notamment accompagné de l'historien chasseur de nazis Serge Klarsfeld et d'une rescapée des camps d'extermination nazis, Ginette Kolinka.

Macron appelle à « ne rien céder » à l'antisémitisme « rampant »

Dans son discours, Emmanuel Macron a appelé « les forces républicaines » à « redoubler de vigilance » face à un antisémitisme « encore plus brûlant » et « rampant » qu'il y a 20 ans.

Désormais, l'antisémitisme « peut prendre d'autres visages, se draper dans d'autres mots, d'autres caricatures », a estimé M. Macron. « Mais l'odieux antisémitisme est là, il rode, toujours vivace, persiste, s'obstine, revient », a-t-il poursuivi, évoquant tour à tour la « barbarie terroriste », « les assassinats et crimes », les résurgences sur « les réseaux sociaux » ou les « profanations de tombes ».

Polémique autour de Philippe Pétain

(Avec AFP)


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles