Pour Raffarin, les candidats LR se "radicalisent un peu"

·2 min de lecture
Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre. (Photo: France Info, canal 26)
Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre. (Photo: France Info, canal 26)

POLITIQUE - Alerte, radicalisation. Trois jours après le deuxième débat télévisé sur les quatre prévus en novembre avant la désignation du candidat de la droite à la présidentielle, Jean-Pierre Raffarin y est allé de son commentaire.

Après Jean-Marie Le Pen, qui dit dans les colonnes du Télégramme qu’il s’est reconnu dans les thématiques et les propositions de Bertrand, Pécresse, Barnier, Juvin et Ciotti, l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac note de son côté que “chacun se radicalise un peu”.

Zemmour “peut séduire certains électeurs de la droite républicaine”

Sont-ils obsédés par l’immigration?, interroge le journaliste de franceinfo qui le recevait ce 17 novembre, à propos notamment des deux heures de débats consacrés à ce thème et à celui de la sécurité, au ton très dur et parfois caricatural. “Non, je ne crois pas, car c’est un sujet très important”, répond Jean-Pierre Raffarin. “Je pense qu’on en est au début sur ce sujet, que les risques sont très importants, que le continent africain a des défis majeurs à résoudre, c’est un sujet très grave et il faut se préparer à répondre aux questions”, loue-t-il.

En revanche, le poids lourd du Poitou concède tout de même une forme de “zemmourisation” des positions dans son ancien camp. “C’est sûr que Zemmour a mis en place une dialectique qui est un retour à cette vieille droite qui était pétainiste, que la famille Le Pen avait mis un peu de côté c’est vrai que ça peut séduire certains électeurs de la droite républicaine”, selon l’ancien chef du gouvernement.

Le congrès LR du 1er au 4 décembre

Celui qui a appelé à voter pour Emmanuel Macron aux dernières européennes observe que chaque candidat a durci son discours pour répondre aux attentes de son électorat. “On voit bien, Michel Barnier est moins européen dans la primaire qu’il ne l’était dans l’action, chacun se radicalise un peu et cherche l’électorat le plus déterminé, le plus de droite qui va décider du candidat, alors qu’ensuite il faut rassembler les Français pour pouvoir gagner”, rappelle l’ancien sénateur.

Le congrès LR se déroule du 1er au 4 décembre. Plus de 130.000 adhérents pourront y participer pour désigner leur candidat à la présidentielle, alors qu’une grande partie de leurs troupes a rejoint LREM et qu’une autre est séduite par l’extrême droite.

À voir également sur Le HuffPost: Au Mont Valérien, les larmes d’Emmanuel Macron à l’inhumation d’Hubert Germain

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles