Rafale : "On peut avoir d'autres bonnes nouvelles sur un certain nombre de pays"

·1 min de lecture

Six mois après l'annonce d'une nouvelle commande de trente avions de combat par l'Égypte, le contrat avec le fabriquant Dassault se concrétise. Le constructeur a en effet reçu le premier acompte de cette vente de Rafale. Invité sur Europe Matin mardi, Éric Trappier, le PDG de Dassault Aviation, tout juste élu à la tête de l’UIMM (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) s'est réjoui de cette vente et a parlé "d'un certain nombre de discussions dans d'autres pays", concernant ces avions militaires. 

>> Retrouvez l'entretien tous les matins à 8h15 sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

La reconnaissance de la réussite des Rafale "avérée"

"On se réjouit de l'Égypte qui a été mis en vigueur et on a un certain nombre de discussions dans d'autres pays. Mais en général on ne commente pas avant que ces contrats soient mis en vigueur", a-t-il dit. "C'est dans notre ADN d'avoir la ténacité donc nous nous sommes battus. Et la reconnaissance aujourd'hui de la réussite des Rafale aussi bien au service des forces armées françaises qu'à l'exportation, est avérée. C'est une très bonne chose qui va se poursuivre dans les années à venir", a encore assuré Éric Trappier.

LIRE AUSSI - Trois questions sur l'achat de Rafale supplémentaires par l’Égypte

Interrogé sur une possible grosse commande des Émirats arabes unis, le PDG de Dassault Aviation n'a pas souhaité faire de commentaires avant l'heure, mais a tout même assuré "y travailler depuis beaucoup d'années"...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles